"Brut", de Dalibor Frioux

En juillet dernier, la Norvège a connu un attentat et une tragique fusillade qui ont surpris toute la planète. Ce pays est un modèle pour le monde entier : juste, pacifique, paisible, démocratique et riche grâce à son pétrole.
_ Mais c’est un paradis en trompe l’œil. C’est ce qu’écrit le jeune philosophe Dalibor Frioux dans son premier roman prophétique.

"Brut" de Dalibor Frioux et publié aux éditions du Seuil (498 p., 21,50E)
_ Note : ****

  • Le mot de l’éditeur

    Milieu du XXIe siècle. À l’écart des grands continents minés par la violence et la pollution, la Norvège a trouvé la formule du bonheur : démocratie exemplaire, nature grandiose et pétrole de la mer du Nord. Le royaume a même conçu la bouteille où enfermer le démon qui le sert : un fonds éthique où sont placés les milliards de la manne sous-marine.
    À quelques mois des élections générales, l’ancien mannequin Katrin jouit sans retenue de ce paradis, le constructeur de barrages Kurt Jensen intrigue pour entrer au comité remettant le Nobel de la Paix, tandis que Henryk, philosophe à la tête du Fonds, lutte pour concilier argent et vertu.
    Mais ce pays bien huilé se détraque : des jeunes meurent mystérieusement, les populistes xénophobes dressent un mur au cœur des forêts et promettent de rendre l’argent au peuple. Quant à Jensen, ses ambitions se heurtent aux profondeurs refoulées du miracle pétrolier.
    _ Puisant dans l'histoire récente d'un pays modèle et dans la poésie des éléments, ce roman est un chant d'adieu à l'or noir, notre excitant depuis plus d'un siècle. Même dans l'air salubre du Grand Nord, y a-t-il de la richesse sans part maudite, une paix qui échappe à l'ennui, du brut sans brutalité ?

  • L’auteur

    Dalibor Frioux a 41 ans. Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, il enseigne la philosophie. Brut est son premier roman.

Vous êtes à nouveau en ligne