"A qui le tour ?", de Murielle Renault

Fête de la Victoire – Gagner beaucoup d'argent peut conduire à l'infortune. C'est ce que rappelle Murielle Renault dans son cinquième livre. L'histoire de cinq gagnants du Loto qui empochent des millions d'euros. Mais la chance est de courte durée et tourne au mauvais rêve. L'euphorie passée, les veinards sont rattrapés par la réalité et rien ne va plus. Une véritable catastrophe dorée. Un roman mené tambour battant, émouvant et drôle, sur la fragilité de ce qu'on croit être le bonheur.

A qui le tour ? , de Murielle Renault est publié aux éditions du Dilettante (288 p., 19E) – Note : ***

Résumé : On mène sa vie, soit toute calme et sagement rectiligne,
sans tangage ni trompette, soit bien foldingue, dure ou difficile, quand
soudain, brusque, effrénée, la chance dévaste tout, ne laisse rien debout. Le
doigt de Dieu vient de vous toucher, bagué de toute une série de zéros, ceux
d'un gros, très gros lot du loto. Dès lors, il faut gérer vertiges et frénésies : tout devient possible. Une catastrophe
dorée, c'est ce que vivent les cinq héros de Murielle Renault : Chantal,
employée de préfecture ; Bruno, SDF ;
Capucine, jeune fille moderne ; Roger, retraité ; Carine, la meuf à Tony. Le quintette redoublé des amis et
conjoints se retrouve au Ritz, assemblé là par la Française des Jeux, pour un
round d'observation. Démarre ensuite le parcours du gros gagnant : gestion, patrimoine, placement. On
investit dans la pierre, on dépense du kilomètre, on écoule du grand cru, et
surtout on endure l'autre, le proche, l'ami, l'amant, l'enfant. Chantal tente
de faire digue face à cette crue de félicité en invitant la brochette
d'élus. Rien n'y fait. Et tout dégénère. Après tout, ça vaut sans doute mieux.
La chance, comme le diable biblique, "rôde,
cherchant qui dévorer". À qui le tour ?