Place de la Bastille

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Comme tous les ans, le 1er Mai, un défilé parisien est parti de la très symbolique Place de la Bastille.

Ce quartier de la Bastille conserve bien sûr le souvenir de cette vaste
construction de pierre bâtie à partir de l'an 1370. Cette véritable forteresse
que l'on appelle à l'origine : une "bastille" a été transformée
au fil des siècles en prison, avant de devenir l'emblème d'une royauté toute
puissante. Depuis le 14 juillet 1789, depuis que le peuple de Paris a pénétré
dans cette Bastille, elle est définitivement entrée dans notre Histoire.

C'est justement sur la place laissée vacante, par la destruction de la
Bastille, qu'une loi de décembre 1830 décide de faire ériger un monument à la
mémoire des personnes tuées au cours des trois journées révolutionnaires des
27, 28 et 29 juillet 1830 ; trois journées qui ont abouti à la chute du
roi Charles X, trois journées baptisées : "Les Trois Glorieuses".
Au lendemain de ces Trois Glorieuses, le régime de la Monarchie de Juillet
débute avec l'arrivée au pouvoir du roi des Français : Louis-Philippe Ier.

C'est donc bien en souvenir de cette Révolution de juillet 1830, que dès le
mois de décembre, Louis-Philippe décide de la construction de la célèbre
"Colonne de Juillet", que l'on peut encore voir de nos jours.

Les fondations de cette colonne sont installées à cheval sur le Canal
Saint-Martin. Sous cette colonne, inspirée par la colonne Trajane de Rome, sont
ensevelies, dans deux caveaux, les victimes de la Révolution de 1830, mais
aussi celles de la Révolution de 1848 qui obligea Louis-Philippe à abdiquer,
laissant la place à la République.

Cette "Colonne de la Bastille", est un fût en bronze divisé en
trois parties, de couleurs différentes, qui représentent ces Trois Glorieuses
et sur lequel sont gravés les noms des victimes de ces révolutions. A
l'intérieur de ce fût se cache un escalier de 238 marches permettant d'accéder
à la galerie supérieure, où a été installé le "Génie de  la Liberté",
œuvre du sculpteur Augustin Dumont. Un génie conçu en bronze doré représentant
la Liberté qui s'envole, en brisant des fers de sa main gauche et en semant la
lumière sur le monde, grâce au flambeau qu'elle tient dans sa main droite.

Voilà près de 225 ans que le sol de cette Place de la Bastille est le témoin
de révoltes et de révolutions, de manifestations et de revendications !

Vous êtes à nouveau en ligne