Le journal des Outre-mers. Le blocage continue à Mayotte

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C’est toujours le blocage à Mayotte, en lutte contre l’insécurité, et la rentrée scolaire sécurisée voulue par le gouvernement dès demain lundi 12 mars,  est loin d’être assurée.

Après trois semaines de grève générale à Mayotte, les blocages pèsent sur l’économie du département français de l’océan Indien. La rentrée scolaire voulue par le gouvernement ne va pas être aisée.
Même s’ils participent au mouvement, les chefs d’entreprise sont inquiets désormais pour la pérennité de leur activité. Reportage de la 1ère à Mayotte, Frahati Youssouf Saïd.

Reste que bien des élus considèrent que les réponses de l’État ne sont pas suffisantes. Le gouvernement a envoyé des renforts pour sécuriser la rentrée des élèves prévue demain. C’est l’insécurité en milieu scolaire qui avait déclenché ce mouvement. Si les écoles sont rouvertes ce lundi, la ministre des outre-mer Annick Girardin a annoncé qu’elle serait à Mayotte, je cite, "le temps de prendre l’avion".

Nouméa, ville test pour la lutte contre la dengue

Dans l’océan Pacifique, Nouméa va devenir une ville cobaye pour éradiquer la dengue, avec le programme Wolbachia, du nom d’une bactérie qui infecte des moustiques australiens : ils seront croisés avec des moustiques calédoniens, puis relâchés dans quelques mois dans la ville. Cette bactérie les empêche de transmettre la maladie. Une convention a été signée entre une université australienne,  l’institut Pasteur, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie et la Mairie de Nouméa. Tristan Derycke, adjoint au maire de Nouméa, explique comment les habitants seront mis à contribution. 

La Nouvelle-Calédonie qui vient de subir les effets du cyclone Hola, le deuxième en moins d’un mois.

Dans l’hémisphère sud, l’île de La Réunion connaît elle aussi une activité cyclonique intense cette saison

Après Berguita il y a quelques semaines, c’est Dumazile qui, sans toucher l’île, a occasionné de très fortes pluies. Et pour les agriculteurs réunionnais, c’est le découragement, comme celui qu’Isabelle Allanne a rencontré dans le sud pour Réunion La 1ère.

La Réunion où l’hôtel Saint-Denis, l’ex-hôtel Méridien, a dû fermer ses portes précipitamment et définitivement jeudi soir. Au lendemain de la liquidation de l’entreprise par le tribunal de commerce, un liquidateur judiciaire est venu annoncer sans ménagement aux clients qu'ils n’avaient plus de chambres et aux salariés qu’ils n’avaient plus de travail.