Le journal des Outre-mers. La vaccination est étendue aux plus de 18 ans dans la quasi-totalité des départements ultramarins

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La vaccination a été ouverte aux plus de 16 ans à Mayotte depuis cette semaine, et étendue aussi aux plus de 18 ans en Guadeloupe, Martinique, mais aussi en Guyane, à Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre et Miquelon et à Wallis et Futuna.

À Mayotte, "la vaccination est ouverte à toutes les personnes de plus de 16 ans, sans autre critère", selon le ministère des Outre-mer. Elle est désormais étendue aussi aux plus de 18 ans en Guadeloupe, Martinique, mais aussi en Guyane, à Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre et Miquelon et à Wallis et Futuna. 

Méfiance envers le vaccin AstraZeneca

La méfiance à l’égard de la formule développée par le laboratoire AstraZeneca existe aussi en Guadeloupe. Ce vaccin reste pourtant le seul disponible dans les cabinets médicaux et les pharmacies. Peggy Robert s’est entretenue avec la pharmacienne Marie-Claude Synesius : elle exerce à Petit bourg.

Conditions d'accueil assouplies pour les Calédoniens de retour chez eux vaccinés avec deux doses

Une septaine au lieu d’une quatorzaine d’isolement à l’arrivée : la Nouvelle-Calédonie assouplit cette mesure pour les passagers qui auront reçu deux doses de Moderna ou de Pfizer. Cela ne concerne pas encore d’éventuels touristes, mais des Calédoniens de retour ou ceux qui justifient d’un motif impérieux pour voyager.  

Accélération du processus de départementalisation à Mayotte

Le préfet a dévoilé la feuille de route de la loi programme pour Mayotte jeudi. Une concertation globale va se tenir tout le mois de mai, dans le but d’accélérer le processus de départementalisation. Mayotte La 1ère, Ismael Saïd Combo.

La fourmi de feu éradiquée dans la vallée Maruapo

C’est une grande victoire : la fourmi de feu est officiellement éradiquée de la vallée Maruapo, où elle menaçait le monarque de Tahiti, un passereau endémique. L'association Manu en est venue à bout grâce à des épandages. Et c’est un véritable soulagement pour Caroline Blanvillain, de la Société d'ornithologie de Polynésie.  Un reportage de Lucile Guichet-Tirao de Polynésie La 1ère

Vous êtes à nouveau en ligne