Le journal des Outre-mers. Assouplissement du couvre-feu en Guyane

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une mesure qui a été prise pour limiter la pandémie dans le département français d'outre-mer, mais celle-ci semble désormais contenue

La préfecture de Guyane a décidé d’adapter les mesures pour freiner la propagation de la Covid-19, l’épidémie perdant du terrain dans le département. Sur l’île de Cayenne par exemple, certains bars et restaurants ouvrent désormais jusqu’à 22 heures. Un reportage de Guyane La 1ère Pierre Tréfoux. L'assouplissement du couvre feu à 22 heures a permis aux noctambules de profiter à nouveau des terrasses des bars, notamment sur la célèbre place des Palmistes à Cayenne. "Les clients reviennent, ça fait plaisir. Fermer à 22 heures, c'est pas terrible, mais les clilents sont contents", dit le patron d'un bar de nuit.

Une rentrée des classes retardée à La Réunion 

Certaines écoles de Saint-Denis resteront fermées le temps de tester le personnel Dans 14 établissements du chef-lieu de la Réunion, la rentrée scolaire se fera avec une semaine de retard le 24 août.  Après la découverte de plusieurs foyers le port du masque est obligatoire dans certains lieux publics de l’île.

Stress hydrique en Guadeloupe 

La sécheresse en Guadeloupe, où les agriculteurs de la Grande-Terre se plaignent d’une eau d’irrigation qui se fait rare… Certains pensent que c’est lié à des infrastructures défaillantes, mais c’est bien la pluviométrie qui est en cause pour Cyrille Hammouda, le directeur de la société Karuker’Ô : "La Guadeloupe et la région subissent une sécheresse sans précédent. Actuellement, nous avons des niveaux de précipitations proches de zéro, quatre à cinq fois moins de précipitations que l'an dernier à la même période. Nous avons fait des travaux pour améliorer la distribution, mais il faut que chacun contibue à l'effort collectif et limite sa consommation en eau, afin que les personnes qui sont en bout de réseau puissent arroser leurs cultures."

Le droit kanak entre en fac

Mieux connaître et comprendre le droit coutumier kanak : c’est l’objet d’une nouvelle formation de l’Université de Nouvelle-Calédonie Elle est ouverte à tous, aux particuliers comme aux professionnels, qu’ils travaillent dans une entreprise ou une institution. Clarisse Watue : "L'ouverture de cette formation répond à une forte demande. Il y aura bien sûr l'histoire des institutions de la Nouvelle Calédonie et du statut du peuple kanak. Il y aura également une présentation de tout le cadre normatif et institutionnel dans lequel s'insère le droit coutumier. On s'attardera sur le droit à la terre, l'état civil, la justice par rapport au droit civil en dehors du droit coutumier. Il y a également un module sur le réglement des conflits dans un contexte coutumier. Une formation ouverte à tous, aucun pré-requis n'est nécessaire"

Vous êtes à nouveau en ligne