L'océan Atlantique est entré dans plusieurs maisons de Kourou

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En Guyane, l’océan Atlantique est entré dans plusieurs maisons de Kourou. Un poisson distribué en Martinique pour lutter contre le zika. Une prime pour aider les Réunionnais de l’hexagone à venir passer leurs vacances à la Réunion et les agriculteurs d’outre-mer, eux aussi, cherchent à diminuer leurs charges. Les nouvelles de l'outre-mer avec Jean Marie Chazeau.

Tout un quartier de Kourou est menacé par la montée des eaux . La ville qui abrite le centre spatial guyanais est construite en bord de mer, mais au plus près de la plage, victime de l’érosion, les vagues sont entrées dans les maisons cette semaine. Pluies diluviennes, grandes marées et très forte houle se sont additionnées, touchant plusieurs dizaines de familles. Le reportage Guyane 1ère de Nicolas Piétrus

 L’épidémie de zika en Guyane et aux Antilles : la lutte contre la propagation de la maladie passe parfois par un recours à de vieilles méthodes. Ainsi en Martinique, à Sainte Luce, la mairie distribue aux habitants de minuscules poissons, capables de détruire les larves de moustiques, vecteurs du virus. Reportage de Laura Schintu, Martinique 1ère

 Le conseil régional de la Réunion va aider les Réunionnais de l’hexagone à venir passer leurs vacances en famille dans le département de l’océan indien. Au nom de la continuité territoriale, les natifs de la Réunion installés en métropole, mais aussi leurs enfants, recevront, selon leur revenu, jusqu’à 450 euros pour un Paris-Réunion, comme cela se pratique déjà dans l’autre sens pour les habitants de l’île. La mesure devrait s’appliquer le 1er septembre.

 Le salon de l’agriculture de Paris offre comme chaque année un vaste espace dédié aux outre-mer , avec de très nombreux produits amenés par avion et par bateau. Mais les agriculteurs ultramarins ne sont pas épargnés par la crise du secteur, et cherchent des solutions pour baisser leurs coûts. En Guyane, des éleveurs de porc tentent ainsi de trouver une nourriture plus locale et donc moins chère, pour nourrir leurs bêtes. Un reportage de Caroline Marie dans une porcherie de Montsinéry-Tonnégrande.

Vous êtes à nouveau en ligne