Conséquences du zika sur le tourisme

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Aujourd'hui dans "Le Journal des Outre-Mer", on parle d'un étrange "pont-conteneur", mais aussi des conséquences du zika sur le tourisme, et de la fête religieuse hindoue du Cavadee.

Aujourd’hui, dans l’intérieur de la Guyane, il faut être inventif pour s’éviter quelques désagréments. Depuis plusieurs mois et la destruction d’un pont par un camion, les automobilistes empruntant la route entre Saint-Laurent du Maroni et Apatou sont obligés de réaliser un important détour. Il a donc fallu trouver une solution pour traverser la rivière dans le village de New Campu…

Nicolas Piétrus de Guyane 1ère.

Et la Guyane comme la Martinique et la Guadeloupe ont été cette semaine au cœur de l’actualité nationale : la ministre de la Santé, Marisol Touraine recommandant aux femmes enceintes de ne pas s’y rendre en raison du virus zika. Ces propos n’ont pas beaucoup plu dans les départements français d’Amérique. Surtout chez les professionnels du tourisme. Michel Conat dirige un hôtel à Schœlcher en Martinique.

Ronan Bonec, Martinique 1ère.

Une réunion d’urgence sur le zika doit se tenir demain lundi à Genève au siège de l’OMS.

 En Guadeloupe, de faux policiers dorment désormais derrière de vrais barreaux… 4 hommes, de l’agent de sécurité au chef de gang, sont accusés d’avoir commis divers braquages, de dealers notamment, en se faisant passer pour des policiers avec des brassards de police. Ils ont donc été arrêtés avec une trentaine de milliers d’euros en leur possession.

Comme chaque année à la Réunion ils sont des dizaines de la communauté tamoule à effectuer leur pénitence pour la traditionnelle fête religieuse du Cavadee… Une arche de quelques kilos portée sur le dos en direction d’un temple de Saint-André. Le tout après 10 jours de privation en l’honneur du Dieu Mourouga. Et ils étaient des milliers de fidèles à suivre la déambulation des pénitents.

Alors quel sens les fidèles donnent-ils à cette tradition qui met à l’épreuve les individus ?

Reportage signé Olivier de Larichaudy.

Martin Baumer pour Outremer 1ère

Vous êtes à nouveau en ligne