Une complémentaire santé pour tous les salariés du privé

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La mesure fait partie du projet de loi sur la sécurisation de l'emploi adopté en première lecture aujourd'hui à l'Assemblée.

Concrètement, toutes les
entreprises privées devront proposer à leurs salariés une complémentaire santé
collective d'ici 2016, cofinancée par l'employeur. Sur les 4 à 5 millions de
salariés concernés, seuls 400.000 ne bénéficient aujourd'hui d'aucune
complémentaire. C'est donc une bonne nouvelle. Quant aux autres,
c'est à dire l'immense majorité, ils devront résilier leur mutuelle ou
assurance souscrite à titre individuel pour basculer sur la complémentaire collective
de leur entreprise.

Sauf que
certaines dispositions inscrites dans le projet de loi mettent en ébullition le
monde de l'assurance.

Le texte prévoit
que dans chaque entreprise, ce n'est pas le patron qui va choisir la
complémentaire santé, mais les partenaires sociaux. Le risque affirme Laurent
Ouazana, vice président de l'APAC, association pour la promoition de l'assurance colective (qui réunit des assurances, des
mutuelles ou des courtiers), c'est qu'il y ait du favoritisme.

Et selon Laurent
Ouzana, vint à trente mille emplois pourraient être menacés dans le secteur. 

Le projet de loi
sera examiné à partir du 17 avril au Sénat en procédure accéléré. Un recours
devant le conseil constitutionnel n'est pas exclu.

Les prévisions
d'embauches restent stables en 2013.

Vu le contexte
économique, c'est une bonne nouvelle. Selon l'enquête
dévoilée par Pole emploi, les chefs d'entreprises prévoient de recruter autant
que l'an dernier, même un tout petit peu plus. 18% des sociétés interrogées
anticipent au moins une embauche en 2013. Dans la moitié des cas, il s'agit d'un emploi en CDI ou un
CDD de plus de six mois. L'hôtellerie-restauration reste le premier pôle de
recrutement national, devant les services aux entreprises et la santé-action
sociale.

Le groupe Bourbon à
la recherche d'argent frais.

Très endetté, le groupe français de services maritimes parapétroliers va vendre 51 navires
à la Chine. Soit un dixième de sa flotte. Coût
de l'opération : 1,5 milliards de dollars. 30 autres navires devraient être
cédés d'ici la fin de l'année prochaine.

La crise
s'intensifie dans le secteur des librairies.

Les syndicats du
groupe Chapitre avaient raison de s'inquiéter. Sans nouvelle de leur direction
depuis deux mois, cette dernière a finalement révélé ce matin son projet. Il
s'agit de fermer 12 librairies sur les 57 de son réseau. Avec à la clef, un
plan social qui concernerait 219 salariés sur quelques 1200 collaborateurs. Le groupe Chapitre
a été racheté en 2009 par un fonds de pension américain. Les syndicats
l'accusent de ne vouloir conserver que la vente de livre sur internet, via le
site chapitre.com

Dans quelles
entreprises les étudiants français rêvent-ils de décrocher leur premier poste?

Au sein du groupe de
luxe LVHM et chez le constructeur aéronautique EADS répondent en chœur les
étudiants des grandes écoles de commerce et d'ingénieurs pour la 8ème année
consécutive. A l'Université, on vise plutôt l'Oréal et l'équipementier Thales. Voilà
ce qui ressort du palmarès Universum des employeurs préférés publié ce matin. Si
le top 10 n'a guère changé, la conjoncture économique modifie malgré tout les
souhaits des étudiants indique Anne Sophie Pasquet, responsable marketing B to
B pour  Universum.

 

Vous êtes à nouveau en ligne