Quel budget pour l'Union européenne?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les 27 chefs d'Etat et de gouvernement sont à Bruxelles pour un sommet des plus périlleux.

Ils
doivent se mettre d'accord sur le budget de l'Union entre 2014 et 2020. L'enveloppe, 1000 milliards d'euros, suscite
bien des convoitises. Le problème, c'est qu'aucun accord ne pourra être trouvé
sans sacrifice des uns et des autres. Or, la Grande Bretagne
menace de claquer la porte si elle n'obtient pas ce qu'elle veut. Le premier
ministre David Cameron l'a répété dès son arrivée, Isabelle Chailloux.

Le gouvernement accélère
les mesures en faveur des entreprises.

Est-ce l'effet
Moody's et la  perte du triple A? Ou bien
les appels réitérés du patronat? Quoi qu'il en soit, le crédit d'impôt de 20
milliards d'euros pour les entreprises sera finalement voté en décembre annonce
le ministre de l'économie. Objectif : offrir des marges de manœuvre aux
sociétés dès 2013, même si les remboursements n'arriveront qu'en 2014. Pas
question pour autant de signer un chèque en blanc aux patrons. Si ces derniers
ne lâchent rien au cours de l'épineuse réforme du marché du travail, le
gouvernement légiférera. Le patron de la CFDT, François Chérèque, se l'est vu
confirmé ce matin par le Premier Ministre.

Cette deuxième loi
serait votée dès le mois de janvier.

Le groupe Albany
supprime près des deux tiers de ses effectifs dans ses usines françaises.

Les syndicats sont
sous le choc. La société américaine Albany, spécialiste des toiles techniques
pour l'industrie, va supprimer 200 emplois d'ici deux ans. 127 sur le site de
Sélestat dans le bas Rhin, 75 autres sur celui de Saint Junien en Haute Vienne.
La direction, qui s'est engagé à reclasser un maximum de salariés,  invoque la dégradation continue du marché des
textiles techniques. Les représentants du personnel envisagent de faire appel
au ministre du redressement productif. Arnaud Montebourg avait réclamé la
semaine dernière l'organisation d'une table ronde entre la direction et les
syndicats.

70 % des entreprises payent leurs
fournisseurs en retard.

Et la situation ne s'arrange pas. Au troisième trimestre, les retards de paiement entre entreprises sont en augmentation selon l'étude de la société Altares. 11,8 jours en moyenne contre 11,5 le trimestre précédent. Si la différence paraît minime, elle cache pourtant d'énormes différences souligne Thierry Millon, responsable des études chez Altares.

Bercy réflechit à un dispositif pour sanctionner admnistrativement les
mauvais payeurs. Les mesures seront incluses dans le Pacte de
compétitivité. Aujourd'hui, une défaillance d'entreprise sur quatre
est due à des retards de paiement.

Vers un nouveau
mécanisme pour contenir les prix à la pompe.

Alors que le
dispositif du gouvernement pour lutter contre l'envolée des prix des carburants
s'achève le 30 novembre, Bercy réfléchit à de nouvelles mesures. Depuis fin
août, les prix ont baissé de 3 à 6 centimes. Ce matin, le PDG de Total s'est
engagé à ne pas répercuter brutalement la ristourne consenti pendant cette
période, soit 2 ou 3 centimes.

 

Vous êtes à nouveau en ligne