Numericable et SFR vont se marier

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le lobbying intensif du groupe Bouygues et les pressions du gouvernement n'y ont rien fait. 

En début d'après, Vivendi a annoncé qu'il souhaitait vendre sa filiale
SFR au groupe Altice, propriétaire de Numericable, et à lui seul. Les deux sociétés
vont donc entrer en négociation exclusive. Et si tout se passe bien, SFR
fusionnera dans les mois qui viennent avec le cablo opérateur.

Pourquoi
Numericable?

De l'avis des
experts, Vivendi a choisi l'offre la mieux disante et la plus protectrice en
terme d'emplois. Pour ravir SFR, le PDG d'Altice a proposé 11 milliard 750
millions d'euros, soit 450 millions de plus que Bouygues. Et surtout, il juré
promis qu'il ne licencierait pas. Comme le PDG de Bouygues, du reste. Sauf que dans les
faits, les activités de Numericable, qui vend de l'abonnement au câble et celles de SFR, qui
vend de la téléphonie et de l'internet haut débit, sont complémentaires alors
que celles de SFR et Bouygues télécom sont identiques. Reste que pour Bouygues
télécom, la décision de Vivendi est un vrai coup dur. Le petit poucet du
secteur se retrouve marginalisé estime Virginie Lazès, directrice associée de
la banque Bryan Garnier.

Alors quel avenir
pour Bouygues télécom dans un marché qui va être profondément remanié? Selon
Virginie Lazès, l'opérateur a désormais deux choix.

Conséquence directe
de cette annonce, l'action du groupe Bouygues a perdu près de 3% à la bourse,
celle d'Illiad 4%. Numericable en revanche s'envole de presque 12%.

La Nouvelle France
industrielle prend forme.

Il y a 6 mois,
François Hollande annonçait le lancement de 34 plans pour permettre à
l'industrie française de rattraper son retard ou prendre de l'avance dans des
secteurs  stratégiques. Ce matin, on est
entré dans le vif du sujet avec la présentation 5 premiers projets. Parmi eux,
une voiture qui ne consomme que 2 litres au 100 kilomètres. Soit un aller
retour paris Marseille avec un seul plein. Pour relever ce défi, les deux
grands constructeurs automobiles français, PSA et Renault, ainsi que les
équipementiers ont accepté de travailler tous ensemble. Ce véhicule devrait
voir le jour en 2020 et son prix sera 
abordable explique Gilles le Borgne, directeur recherche et
développement du groupe PSA et chef de projet, au micro de Florent Guyotat.

Parmi les autres
plans présentés ce matin, on trouve un satellite à propulsion électrique.  Le premier du genre pourrait être lancé à
Kourou en 2016.

PSA recrute dans
son usine de Sochaux.

Le constructeur va
embaucher 450 intérimaires pour augmenter la production de la nouvelle Peugeot

  1. Lancée à l'automne dernier, la voiture connait un joli succès. Elle
    enregistre déjà 60 mille commandes. 
Vous êtes à nouveau en ligne