Les ventes de voitures neuves plongent à nouveau

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La très légère embellie du mois de juillet n'a été que de courte durée.

 En août, les
constructeurs automobiles ont écoulé à peine plus de 85.000 voitures neuves en
France. Soit une chute de 10,9%. Presque toutes les marques ont souffert, à
l'image de PSA Peugeot Citroen qui dégringole de 17,3%, de Volkswagen (- 24,3%) ou encore Ford (-19,2%). En
revanche, Renault a tiré son épingle du jeu avec des ventes en hausse de 1,7%. Ceci dit, août n'a
jamais été un mois où l'on achète beaucoup de voitures. En fait, c'est à partir
de maintenant que tout va se jouer affirme Flavien Neuvy, spécialiste
automobile chez Cetelem.

Avec un recul de
17,3% des ventes, le mois d'août -on l'a dit- a été particulièrement mauvais pour
Peugeot. Pour remonter la pente, la marque au Lion mise beaucoup sur son petit
tout-terrain urbain, le Peugeot 2008, qui rencontre déjà un certain succès. 3
mois après son lancement, 45.000 commandes ont été passées en Europe dont
20.000 en France. Pour répondre à la demande, la production augmente à partir
d'aujourd'hui. Elle va passer de 300 véhicules jour à 600 d'ici la mi-octobre. Luciano
Biondo, directeur du site PSA à Mulhouse.

A noter que la
concurrence est vive sur ce segment des petit tout terrain. Renault rencontre
aussi un beau succès avec sa version 4x4 Captur.

En cette rentrée,
il n'y pas que les retraites dans l'agenda économique.

D'ici peu de temps,
on va beaucoup parler de la renégociation de la convention d'assurance chômage
entre les syndicats et le patronat. Le texte sur lequel ils vont devoir se
mettre d'accord d'ici la fin de l'année est très important car il va déterminer
la durée et le niveau d'indemnisation des chômeurs pour les trois ans qui
viennent. L'assurance chômage est en déficit. Le trou à combler devrait
atteindre 4,8 milliards d'euros cette année. Or, avant son
élection à la tête du Medef, Pierre Gattaz s'est prononcé à plusieurs reprises
en faveur d'une dégressivité des allocations. En clair, un chômeur longue durée
ne toucherait plus pendant deux ans la même somme, mais verrait ses indemnités
baisser au fil du temps. Une solution que rejettent catégoriquement les
syndicats, et notamment Laurent Bergé, le leader de la CFDT.

L'actu éco, c'est
aussi cette méga transaction dans le secteur de la téléphonie mobile.

C'est l'une des
plus grosses fusions acquisitions jamais annoncées dans l'histoire. Le groupe américain
Verizon confirme qu'il va débourser 130 milliards de dollars, soit le prix de
325 Airbus A 380. Objectif : reprendre le contrôle de sa filiale mobile,
Verizon Wireless, qu'il co détient avec le britannique Vodaphone depuis 13 ans. Aux Etats-Unis,
Verizon Wireless est numéro 1 du mobile avec presque 120 millions d'abonnés.