Les nuages s'amoncellent sur Caddie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La PME alsacienne qui fabrique le célèbre chariot de supermarché et qui emploie 450 personnes est à nouveau en difficulté.

Il y a deux ans, Caddie a été sauvée in extremis de la faillite. Mais voilà, son sauveur, l'équipementier automobile Altia, est aujourd'hui au bord du dépôt de bilan. L'Etat, qui est actionnaire de Altia à hauteur de 20%, a décidé d'intervenir. Il va injecter de l'argent frais, via la Banque publique d'investissement, pour éviter que le groupe et ses filiales, comme Caddie, ne mettent la clef sous la porte.

Pour Caddie, la situation est donc compliquée.

Oui, d'autant que la PME alsacienne est toujours très fragile deux ans après sa reprise. Les efforts mis en œuvre pour la relancer n'ont pas encore porté leurs fruits estime Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution.

 

 

Olivier Dauvers, spécialiste grande distribution.
--'--
--'--

 

 

Un administrateur judiciaire doit proposer, d'ici au 9 juin, de placer Caddie en redressement, de recapitaliser la société, ou bien de la liquider.

Les cadres qui veulent quitter leur entreprise avec un gros chèque ont intérêt à se presser.

En effet. Car le 1er juillet prochain, les nouvelles règles d'indemnisation des chômeurs qui vont entrer en vigueur seront beaucoup moins favorables pour les cadres.

Qu'est ce qui va changer?

Aujourd'hui, quand un salarié est licencié ou qu'il quitte son entreprise d'un commun accord avec la direction, il s'en va parfois avec une indemnité supra légale, c'est à dire qui va au delà de l'indemnité légale. Si c'est le cas, et bien aujourd'hui, il doit attendre jusqu'à 75 jours avant de toucher le chômage. Un délai qui sera porté à 180 jours maximum à compter du 1er juillet. Concrètement, les salariés qui partiront avec une indemnité supérieure à 16.200 euros, devront patienter 6 mois avant de percevoir leur allocation. En fait, presque tout les cadres seront concernés affirme Franck Mikula, secrétaire national du syndicat CFE CGC (qui a d'ailleurs refusé de signer la nouvelle convention Unedic).

 

 

Franck Mikula, secrétaire national du syndicat CFE CGC
--'--
--'--

 

 

Alors autre question : est ce que ces nouvelles règles vont pousser les cadres à négocier de plus grosses indemnités avec leur employeur? C'est très probable répond Jean-Christophe Sciberras, président de l'Association nationale des directeurs de ressources humaines.

 

 

Jean Christophe Sciberras, président de l'ANDRH
--'--
--'--

 

 

A retenir dans l'actu éco de ce jeudi, le coup de mou de l'économie américaine au premier trimestre.

Le produit intérieur brut des Etats Unis a reculé de 1% entre janvier et mars. C'est la première fois depuis le premier trimestre 2011 que l'économie américaine détruit de la richesse. Principal responsable : un hiver rigoureux qui a freiné l'activité dans de nombreux secteurs. Les économistes tablent sur une amélioration au deuxième trimestre.

 

Vous êtes à nouveau en ligne