Le pouvoir de Bruxelles s'intensifie en matière de budget

Désormais, les budgets des 27 Etats de l'Union devront être soumis à la Commission avant qu'ils ne soient votés par leurs parlements respectifs.

Si le budget d'un pays
ne respecte pas les critères européens, notamment ceux du Pacte de stabilité,
Bruxelles pourra demander des changements. Que le Parlement national effectuera
ou non. Car ce dernier conserve, pour le moment, le dernier mot. Ce nouveau
contrôle européen n'arrive pas par hasard. Il s'inscrit dans la politique de
discipline budgétaire européenne introduite par Angela Merkel et Nicolas
Sarkozy il y a plus de trois ans.

En tout cas, s'il y
a un pays qui ne risque pas d'être épinglé par la commission européenne, c'est
bien l'Allemagne.

Contrairement à
bien des pays de la zone euro, l'Allemagne prévoit d'équilibrer ses comptes
publics dès 2014. Le déficit de l'Etat pourrait tomber à 6 milliards et demi
d'euros à la fin de l'année prochaine, du jamais vu depuis 40 ans. Quant au déficit
structurel, qui exclue les effets de la conjoncture, il pourrait tomber à zéro.
Un objectif que la France ne devrait pas atteindre avant 2017. Pourquoi un tel
décalage? La réponse de
Michel Didier, économiste et directeur de l'institut Co-Rexecode.

 

La France qui doit
aussi inverser la courbe du chômage.

L'an dernier, près
de 100.000 emplois ont été détruits dans le privé, avec une nette accélération
au quatrième. L'Industrie et la construction ont été particulièrement touchées.
Le tertiaire a perdu aussi des emplois. Mais si l'on regarde le verre à moitié
plein, certaines filières continuent de résister dans chacun de ses secteurs. Le
détail avec Alain Gubian, statisticien à l'Acoss, l'agence centrale des
organismes de sécurité sociale.

Pour réformer plus
rapidement la France, François Hollande pourrait légiférer par ordonnances.

C'est ce qu'affirme
la porte parole du gouvernement. Ces ordonnances
pourraient concerner le secteur de l'urbanisme afin de relancer la construction
de logements.

L'actualité éco,
c'est aussi la signature de l'accord de compétitivité chez Renault.

Accord signé entre
la direction du constructeur automobile et trois des quatre syndicats. En
résumé, les salaires vont être gelés cette année. Le temps de travail va
augmenter jusqu'en 2017. Soit une économie
de 300 euros par véhicule produit. En contrepartie, il n'y aura ni plan social,
ni plan de départ volontaire. Renault s'engage aussi à augmenter la production,
et surtout, à ne fermer aucune de ses cinq usines françaises d'ici fin 2016. Mais la direction
tiendra-t-elle ses engagements si le marché automobile s'effondre un peu plus? La réponse du PDG, Carlos Ghosn :

Qui va racheter les
usines d'aluminium de Saint Jean de Maurienne et de Castelsarrasin?

Leur propriétaire,
le groupe anglo australien Rio Tinto, vient d'entrer en négociations exclusives
avec le groupe allemand Trimet. Annonce du ministère du redressement productif
qui s'active depuis des mois pour trouver un repreneur. L'usine de Saint
Jean de Maurienne est menacée de fermeture depuis plusieurs mois. Elle emploie
420 personnes.

Celle de Castelsarrasin,
20 salariés.

 

Vous êtes à nouveau en ligne