La SNCF passe au contrat de génération

Après EDF, RATP ou encore la Poste, au tour de la SNCF de mettre en œuvre le contrat de génération.

La société ferroviaire promet de recruter 3000 jeunes d'ici  fin 2015, dont 20% dans les quartiers
difficiles. Sur la même période, elle s'engage aussi à garder en poste 10% de
ses salariés de plus de 55 ans. Cela peut paraître peu, mais il faut se
rappeler qu'avant la réforme des régimes spéciaux de retraites, en 2008, le
départ des salariés de la SNCF se faisait automatiquement dès 55 ans.

Plus de jeunes et
de séniors à la SNCF. Plus de femmes aussi.

La société en
fait une priorité. Aujourd'hui, le taux d'embauche féminine s'élève à 25% du
total des effectifs. Le directeur des ressources humaines François Nogué veut
aller plus loin en cassant les préjugés.

On embauche toujours énormément en
CDD.

Un peu plus de 80% des recrutements
se sont fait sous la forme de contrats à durée déterminée au troisième
trimestre l'an dernier. Il s'agit des chiffres du ministère du travail. Cette
part des CDD dans les embauches a encore progressé dans les entreprises de plus
de 50 salariés. En revanche, la tendance est à une légère baisse dans
l'industrie et la construction. Malgré cette précarisation galopante, l'immense
majorité des salariés travaillent toujours en CDI. Ils étaient 86% en 2012 selon
l'Insee.

Comment se porte le groupe Veolia Environnement?

De mieux en mieux.
Voilà le message que souhaitait faire passer le PDG de la multinationale
française ce matin à la presse, trois semaines avant la présentation de ses
résultats financiers. Durement frappé par
la crise, Veolia Environnement a lancé fin 2011 un vaste plan de réorganisation
avec au programme,  l'abandon de
certaines activités, la baisse des coûts, des suppressions d'emplois et la
réduction d'une dette de plusieurs 
dizaines de milliards d'euros. Deux ans plus tard, la direction du
groupe estime que ces objectifs ont été dépassés. Ce que veut Véolia,
désormais, c'est développer les activités les plus porteuses. Et notamment
tout ce qui concerne le démantèlement explique son PDG Antoine Frérot.

Le PDG de Véolia
Environnement, qui reste malgré tout fragilisé par le coup
d'éclat des syndicats au mois de décembre. Ils avaient réclamé en chœur sa
démission après l'annonce de la réorganisation de la branche eau et la
suppression de 1600 emplois.

Le japonais Sony a
bien du mal à relever la tête.

L'inventeur du walk
man continue de perdre de l'argent. Beaucoup d'argent. Pour redresser la barre,
le géant nippon de l'électronique grand public va supprimer  5000 emplois dans le monde. Il va aussi
vendre sa division d'ordinateurs PC, dont les ventes ne cessent de reculer face
au succès des smartphones et des tablettes. Pour 2013, Sony s'attend à une
lourde perte, supérieure à 800 millions d'euros.

Twitter déçoit ses
actionnaires.

Trois mois après sa
très médiatique introduction en bourse,
le jeune réseau social qui permet d'envoyer des minis messages a publié des
résultats mitigés. Twitter a annoncé un déficit de 645 millions de dollars. Et
en plus, la croissance du nombre d'abonnés a été moins forte qu'attendue. L'action
a dévissé à la bourse de New York.

 

Vous êtes à nouveau en ligne