La Slovénie sera-t-elle le prochain pays à demander l'aide de la zone euro?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que la crise chypriote n'est pas encore réglée, tous les regards se tournent vers la Slovénie.

Les banques de ce petit pays de deux millions d'habitants vont très
mal. Elles ont accumulé une montagne de créances douteuses. Environ 7 milliards
d'euros selon le Fonds monétaire international. Comment la Slovénie en est elle
arrivée là? La réponse de l'économiste Jacques Sapir.

Pour l'heure, le
gouvernement slovène se veut rassurant. Il affirme qu'il va s'en sortir tout
seul et qu'il travaille jour et nuit pour restaurer son système bancaire.

Et pendant ce temps, Chypre n'est
pas encore sorti d'affaire.

Le gouvernement chypriote vient de
revoir le montant de sa dette. Il l'évalue désormais à 23 milliards d'euros. Le
pays va donc devoir trouver 6 milliards d'euros supplémentaires dans le cadre
du plan de sauvetage de son système bancaire. Le sujet sera au centre de la
réunion des ministres des finances de la zone euro demain à Dublin.

Retour en France,
avec cette question : Faut-il s'inquiéter de la hausse des prix à la
consommation?

  • 0,3% en février.
    +0,8% en mars selon les statistiques de l'Insee.  Depuis deux mois, les prix à la consommation,
    qui servent à mesurer l'inflation, semblent s'accélérer. Le mois dernier, ce
    sont les produits manufacturés qui ont tiré les prix à la hausse. Ceux des
    vêtements et des chaussures ont bondi de 12% après la fin des soldes. Certains
    services saisonniers ont également augmenté du fait des vacances d'hiver plus
    tardives :  +4,5% pour les loyers
    des résidences secondaires, +6% pour les prix des voyages touristiques tout
    compris. Voilà pour le mois de mars. Mais si l'on regarde sur un an, l'analyse
    est très différente souligne Hélène Baudchon, économiste chez BNP Paribas

Le bonus-malus sur
les tarifs de l'énergie retoqué par le conseil constitutionnel.

Un nouveau coup dur
pour le gouvernement. D'autant que ce bonus-malus est la mesure phare de la
toute nouvelle loi sur l'énergie.   Il consiste à faire payer plus cher l'électricité ou le gaz au fur et à
mesure que la consommation s'élève. Selon les Sages de la rue de Montpensier,
la mesure est contraire au principe d'égalité. Car elle ne vise que les
particuliers, pas les entreprises. Et parce qu'elle s'applique aussi au
chauffage collectif, qui par définition, ne permet pas de calculer la
consommation individuelle. La ministre de l'énergie a promis une nouvelle
solution, juridiquement solide.

Heuliez a six mois
pour surmonter ses difficultés.

L'équipementier automobile a été placé aujourd'hui en
redressement judiciaire. Le tribunal de commerce de Niort lui laisse six mois
pour trouver un éventuel repreneur. Heuliez espère aussi gagner un important contrat
avec le constructeur allemand Volkswagen. Il pourrait lui rapporter 20 à 30
millions d'euros annuels de chiffre d'affaires à partir de 2014.

Le salon de
l'immobilier ouvre dans un contexte tendu.

Même si les taux
des crédits accordés par les banques ont atteint leur plus bas historique, le
marché de l'immobilier reste particulièrement déprimé. L'an dernier, les
transactions dans l'ancien ont reculé de 12%. Dans le neuf, les promoteurs
immobiliers ont vu les ventes chuter de 28%. Reste à savoir si le dispositif
Duflot, qui fait suite au Scellier, va séduire les investisseurs. Il permet
d'acheter un logement neuf et de le louer pendant neuf ans à un tarif plafonné.
Son atout, selon le président de la FNAIM, Jean François Buet, c'est
l'importante réduction d'impôt qui l'accompagne.

 

Vous êtes à nouveau en ligne