La crise ukrainienne angoisse les marchés financiers

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est bien connu. Les investisseurs n'aiment pas l'instabilité. Et l'aggravation de la situation en Ukraine n'est pas là pour les rassurer.

En Europe, les bourses ont terminé
en nette baisse : -3,4% à Francfort ;
-2,6 à Paris. Mais s'il y a bien une place financière qui a tangué,
aujourd'hui, c'est Moscou, très dépendante des matières premières. L'indice
phare, RST, qui est l'équivalent de notre CAC 40, a perdu 10%. Ce coup de grisou peut-il avoir
un impact sur l'économie russe, qui est déjà en phase de ralentissement? Nous
avons posé la question à Julien Vercueil, maitre de conférences en sciences
économiques à l'Inalco, l'Institut national des langues et civilisations
orientales.

La crainte d'une
intervention militaire russe en Ukraine pénalise aussi certaines entreprises
françaises. C'est le cas de Renault, de la Société Générale ou encore du
fabricant de revêtement de sol Tarkett. Ces trois groupes, fortement implantés,
en Russie ont vu leur cours baisser à la Bourse de Paris. Un phénomène qui
traduit surtout l'affolement des investisseurs souligne l'économiste Julien
Vercueil.

BNP Paribas Personal
Finance dans le collimateur de la justice.

Cette filiale de
BNP Paribas a été assignée aujourd'hui par environ 400 clients pour pratique
commerciale trompeuse. Ces personnes
affirment avoir perdu beaucoup d'argent après avoir souscrit en 2008-2009 un
prêt immobilier en franc suisse et remboursable en euros. Elles estiment que la
banque leur a caché les risques encourus. Leurs avocats, parmi lesquels Charles
Constantin Vallet, réclament 40 millions de dommages et intérêts.

Charles Constantin
Vallet, l'un des avocats qui défend les 400 clients de BNP Paribas Personal
Finance. Depuis 2008, 4600 ménages auraient souscrits ce produit financier.

Le groupe
automobile suédois Volvo envisage de supprimer 500 emplois en France.

Des emplois qui
seront supprimés dans sa filiale de véhicules industriels, Renault Trucks. Ce
projet, dévoilé aujourd'hui, entre dans le plan de restructuration global de Volvo.
4400 emplois en tout vont être supprimés dans le monde. En France, ni les
ouvriers ni le réseau commercial ne seront touchés affirme le constructeur
suédois.

Bill Gates est à
nouveau l'homme le plus riche du monde.

Le co-fondateur de
Microsoft retrouve la première place du classement du magazine américain
Forbes. Avec une fortune évaluée à 76 milliards de dollars, Bill Gates détrône
Carlos Slim, le roi
mexicain des  télécommunications, dont la
fortune a fondu de 1 milliards l'an dernier. Avec un peu plus de 34 milliards
de dollars, la française Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, occupe la
11e place du classement.

 

Vous êtes à nouveau en ligne