L'industrie pétrolière doit elle craindre de nouvelles attaques dans le Sahara?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La question se pose avec la prise d'otage sur le site gazier de Tiguentourine en Algérie. Cet après midi, la Libye a annoncé qu'elle renforçait la sécurité de ses installations pétrolières et gazières situées dans l'ouest et le sud du pays.

Il faut dire que
l'impact économique de ce type d'attaque est important. En Algérie, le site
pris pour cible par les assaillants 
représente 12% de la production gazière et 18% des exportations. Pour autant, la
production pétrolière dans le secteur ne devrait pas être franchement
déstabilisée estime le directeur de la société Petrostratégie. L'industrie
pétrolière, explique Pierre Terzian, est habituée à travailler dans des
situations politiques et militaires instables.

Selon l'agence de
presse malienne Ani, les preneurs d'otages du site gazier algérien auraient promis
d'autres actions. Ils appellent la population algérienne à se tenir  à l'écart des lieux d'implantation des
compagnies étrangères.

Retour en France où
Renault a terminé la journée en tête du CAC 40.

Les investisseurs
ont salué la hausse des ventes du constructeur automobile hors d'Europe. Elles ont
progressé de 9% l'an dernier. Résultat : les ventes mondiales, très impactées
par l'effondrement des achats sur le vieux continent, ne reculent que de 6%. En fait, pour la
première fois de son histoire, Renault a vendu un peu plus d'une voiture sur
deux en dehors de l'Union européenne. C'est bien mieux
que PSA dont les ventes à l'étranger ne représentent que 38%.  Cet écart s'explique par la stratégie payante
de Renault, notamment au Brésil et en Russie explique Jean Jacques Chanaron,
spécialiste de l'industrie automobile au CNRS.

Pour 2013, Renault table sur une hausse de 3% du marché
automobile mondial, mais anticipe un recul du même ordre sur le continent
européen. Pour se relancer, le constructeur, qui vient d'annoncer la
suppression de 7500 emplois en France d'ici 2016, via des départs naturels, veut
amplifier son développement à l'international. 

Nouveau coup dur
pour le volailler DOUX.

La commission
européenne a décidé de diviser par deux les subventions octroyées à la France
pour l'exportation des poulets congelés. Le groupe Doux, déjà en grande
difficulté, devrait être touché de plein fouet. L'an dernier, il a perçu 55
millions d'euros d'aide pour exporter ses produits. La mesure pourrait
pénaliser un autre volailler français, le groupe Tilly- Sabco.

Le groupe Michelin
s'associe à un fabricant de bottes.

Michelin a mis son
savoir faire au service des bottes Le Chameau. Pour répondre aux besoins des
agriculteurs et des chasseurs, il a conçu une semelle anti-dérapante, qui
s'inspire directement de la bande de roulement d'un pneu conçu pour les
tracteurs. Ce n'est pas la première fois que Michelin travaille pour un
fabricant de chaussures. Il a déjà conçu les semelles pour des chaussures de tennis
haut niveau de la marque Babolat. Alors que représentent aujourd'hui les
activités hors pneumatiques de Michelin. 
Réponse de Claire
Dorland-Clauzel, membre du Comité Exécutif du Groupe.

Les films français
ont fait un tabac l'an dernier à l'étranger.

Ils ont battu un
record de fréquentation, avec 140 millions d'entrées pour 875 millions de
recettes. Ces résultats s'expliquent par les
performances hors normes des
films "Intouchables", et "The Artist".