Budget 2013 : une nouveauté pour les retraités

Les retraités vont participer eux aussi au redressement des finances publiques dans le cadre du projet de budget de la sécurité sociale qui sera présenté lundi.

Enfin, pas tous les retraités.  Seulement les retraités imposables. Une
taxe de 0,15% sera prélevée une fois par an sur leurs pensions pour réduire le
trou de la sécu en 2013, puis pour financer la réforme de la dépendance en

  1. Pour le reste, pas de grosses surprises. Pour réduire le déficit public à
    3% du PIB fin 2013, le gouvernement a prévu de baisser les dépenses de
    l'Etat  de 10 milliards d'euros. Les
    hausses d'impôts, elles, s'élèvent à 20 milliards d'euros. 10,8 pour les
    entreprises, 9,1 pour les ménages. Depuis hier, le Premier ministre affirme que
    neuf français sur dix  ne seront pas
    touchés par ces augmentations d'impôts. Seuls les ménages aisés ou très aisés
    sont ciblés. Pour Vincent Drezet, secrétaire national
    du syndicat Solidaires Finances
    publiques, la réalité est un peu plus complexe.

10 milliards d'euros de hausses
d'impôts  pour les ménages, 10 milliards
aussi pour les entreprises.

Les mesures prévues touchent
principalement les grandes entreprises, au grand dam du Medef. A l'inverse, les
petites et moyennes entreprises sont relativement protégées. Ce qui n'est pas pour déplaire au
patron de la CGPME, Jean François Roubaud, à une exception près.

Autre mesure qui risque de faire du
bruit, celle visant les auto-entrepreneurs.

Depuis le début, ces derniers
bénéficiaient d'un régime simplifié pour le calcul et le paiement des
cotisations sociales. Et bien c'est fini. Le budget 2013 prévoit qu'il sera
aligné sur le régime des entrepreneurs individuels. Gain pour l'Etat : 130
millions d'euros. La fédération des auto-entrepreneurs dénonce ce soit la mise
à mort de ce statut.

Combien de poste
SFR va-t-il supprimer?

L'opérateur,
filiale de Videndi, n'a toujours pas chiffré 
son plan de départs volontaires. Mais selon Force ouvrière, il pourrait
concerner 1500 à 2000 emplois. Dans une lettre adressée ce matin au ministre du
Redressement productif, le syndicat s'inquiète de la situation catastrophique
dans le secteur des télécom. Outre le plan
social annoncé chez Bouygues, des destructions de poste sont attendues dans
toute la filière, en particulier chez les distributeurs, les consultants et les
sociétés de service informatique.

Au mondial de
l'automobile, les constructeurs ne sont pas les seuls à réclamer des mesures de
compétitivité.

Il y a aussi les
équipementiers. L'an dernier, le groupe Valeo a réalisé 11 milliards de chiffes
d'affaires, en hausse de 13%. Son carnet de commande à l'étranger ne cesse
d'augmenter. En France, en revanche, il baisse. Pour renforcer la base industrielle française, il
faut renforcer la compétitivité affirme le directeur général de Valeo Jacques
Aschenbroich.

Le directeur général
de Valéo, Jacques
Aschenbroich est l'invité samedi de
"Patron chef d'entreprise" à 10h15 et
13h15.

Le succès d'Autolib
se confirme

Neuf mois après son
lancement, la petite voiture électrique en libre service a conquis
les Parisiens. 530.000 personnes
l'ont déjà conduite, 35.000 autres se sont abonnés, dont un tiers activement. A
ce rythme, Autolib devrait être rentable en 2014, avec quatre ans d'avance affirme
le président de Bolloré. Son groupe a investit 1 milliard 700 millions d'euros
dans le projet.

 

Vous êtes à nouveau en ligne