La traque aux fautes d'orthographe sur Twitter est lancée

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une journée sur les réseaux sociaux, en compagnie de Pierre Chausse. Au menu ce vendredi : Bescherelle, arrestation, statut Facebook et pollution.

L'histoire avait pourtant mal commencé entre Hatier et le créateur des compte Twitter et Facebook "Bescherelle ta mère". Ce dernier s'était forgé ces derniers jours une petite cote de popularité sur les réseaux sociaux en décidant de s'attaquer - avec un ton pour le moins caustique - à ceux qui y maltraitaient la langue française, en ciblant particulièrement les ados et en leur apprenant par exemple que le mot "bâtard" prenait un "d" et qu'il y avait deux "s" à connasse.

Un humour grinçant que la maison d'édition n'a pas tout de suite apprécié, se plaignant notamment auprès de Facebook pour bloquer la page concernée... Mais jeudi, Hatier est revenu sur sa position, comme le rapporte Amandine Schmitt sur le site du Nouvel Observateur.

Le service marketing de l'entreprise a finalement jugé l'initiative intéressante et a proposé à son "inventeur" de travailler avec eux sur leur stratégie à employer pour la bible de la grammaire et de la conjugaison sur le site de microblogging... tout en étant un peu moins vulgaire.

Un homme propose à ses followers d'ouvrir le feu sur un passant

C'est le Los Angeles Times qui rapporte cette histoire et dénichée par le blog BigBrowser   nous explique que les statuts négatifs sur Facebook ont un effet sur vos contacts qui serait comparable à celui engendré par une discussion déprimante autour d'un café avec l'un d'entre eux.

Après avoir analysé plus d'un milliard de données sur une période de trois ans, les chercheurs démontrent qu'il existe un "effet domino", un statut négatif en déclencherait ainsi 1,29 du même genre.

"S'il pleut sur ​​un ami à New York, cela vous rend moins heureux à San Diego", affirme carrément un des scientifiques.

Mais il est également écrit dans cette étude que les messages optimistes seraient plus impactant. Nous voilà rassurés.

La pollution, c'est aussi sur Instagram et Twitter

Alors que le seuil d'alerte aux particules fines en région parisienne est maintenu pour la journée de samedi, les internautes ont été nombreux aujourd'hui à partager .

Certaines montrent un même lieu avant et après s'avèrent très explicites. Sur d'autres, on voit même la tour Eiffel disparaître...

Vous êtes à nouveau en ligne