Ludovine de la Rochère veut "le retrait de l'ABCD de l'égalité"

Au lendemain de la "Manif pour tous", qui a mobilisé pacifiquement dimanche 2 février plusieurs dizaines de milliers d'opposants au mariage homosexuel à Paris et à Lyon, le gouvernement a annoncé qu'il ne présenterait pas de projet de loi sur la famille en 2014. Est-ce la Manif pour tous qui est responsable de cette décision ? Réponse de Ludovine de la Rochère, présidente du collectif "Manif pour tous".

"Il y a eu tout un ensemble d'éléments convergents, mais il y a eu la mobilisation de la Manif pour tous sans aucun doute ", estime Ludovine de la Rochère, présidente du collectif "Manif pour tous".

"Je crois aussi que le gouvernement a réalisé qu'il était temps, après des mois et des mois au cours desquels les Français ont exprimé l'importance pour eux de reconnaître la filiation père-mère-enfant, d'ouvrir la porte à ces demandes réitérées et insistantes. "

Pas de PMA, pas de GPA, mais les choses ne vont pas s'arrêter là. "Je ne parle pas des modes de vie. Nous sommes juste en train de dire que l'on ne peut pas retirer un père et une mère à un enfant. C'est une idée très actuelle. On voit bien qu'il y a une volonté très forte et très ferme d'un certain nombre. "

Si la PMA est ouverte aux femmes, elles feront appel à un donneur anonyme ou non et l'enfant sera considéré comme né de deux femmes. "Soit le donneur est anonyme et l'enfant est privé de filiation, de ses racines, soit il n'est pas anonyme et il se retrouve dans une situation un peu compliqué : deux mères et un père, donc trois parents. "

Le combat continue

"Nous nous réjouissons de cette victoire pour les enfants et pour les familles, mais il y a bien d'autres mesures qui concernent les familles et nous sommes très insistants et nous ne lâcherons pas. Nous souhaitons vraiment le retrait de l'ABCD de l'égalité. Nous sommes pour l'égalité, et l'on veut que l'on traite de l'égalité et pas d'un autre sujet par derrière. On est complètement sur la question du genre dans l'ABCD de l'égalité. "

Ludovine de la Rochère reconnaît que la théorie du genre n'existe pas et qui propage cela. Un terme qu'elle n'emploie pas et auquel elle préfère celui d'idéologie. "On peut étudier le genre, c'est-à-dire la dimension sociale de l'identité sexuelle, et quand on commence à aller plus en disant qu'hommes-femmes ce n'est qu'une question de culture, niant toute les autres dimensions de la personnalité humaine, alors on passe à l'idéologie. "

Vous êtes à nouveau en ligne