L’évacuation des camps de migrants à Calais vue par Jean-Claude Lenoir

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Jean-Claude Lenoir est président de l’association d’aide aux migrants SALAM à Calais, où ont été évacués des camps de migrants hier mercredi dans des conditions difficiles.

"Depuis douze ans, c’est l’éternel recommencement ", assure Jean-Claude Lenoir qui raconte l'évacuation des camps de migrants ce mercredi à Calais : "Hier, les gens ont été évacués sans aucune préparation, sans aucune solution de repli. A nouveau, entre 700 et 800 migrants sont dans la nature ; entre 150 et 200 ont trouvé refuge sur l’aire de distribution de repas, où il n’y a absolument pas de locaux. Ils ont pu dormir à l’abri de la police dans ce lieu qui est une cour. Les autres ont, comme d’habitude, erré à travers la ville, la petite banlieue calaisienne. "

L’opération a été décidée par la préfecture du Pas-de-Calais pour des raisons sanitaires. L’idée de départ des autorités, au moment de l’évacuation de trois camps, était que les migrants prennent une douche. Le président de SALAM indique qu’ "il faut quand même préciser que (…) seules trois personnes ont pris le procédé proposé tellement il était mal organisé. C’était scandaleux, tragique, inadapté. C’est incompréhensible, ça dépassait l’ubuesque. "

"Honte à Monsieur Cazeneuve, comme aux douze ministres précédents"

"Il y avait deux niveaux. Il y a bien évidemment un niveau sanitaire, qui est urgent et qui existe. Mais toutes les associations dignes de ce nom sont conscientes qu’il faut trouver des solutions. Honte au ministre Monsieur Cazeneuve (ministre de l’Intérieur), qui ose dire que c’était une opération sanitaire. Honte à ce ministre à nouveau, comme aux douze ministres précédents. S’il y a une action sanitaire, il faut l’assurer. Il faut la faire d’une autre façon, il faut la préparer et il faut donner des moyens sanitaires ", indique Jean-Claude Lenoir, qui tient à souligner le fait que "les migrants ne sont pas des voleurs, ce ne sont pas des brigands, ce sont des gens qui fuient la guerre. "

Vous êtes à nouveau en ligne