Didier François et Edouard Elias otage depuis trois mois en Syrie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Didier François, grand reporter à Europe 1, et Edouard Elias, photojournaliste indépendant en mission pour la radio, ont été enlevés le 6 juin en Syrie, au nord d'Alep pour des hommes cagoulés. Pour marquer leurs trois mois de captivité le comité de soutien et Reporter sans Frontières organisent ce vendredi des manifestations dans toute la France.

"Ce que nous savons c'est qu'ils sont vivants. Cette
information a été connue au mois d'août et confirmée par le ministre des Affaires
étrangères Laurent Fabius, il y a peu,
" explique Karen Lajon, grand
reporter au Journal du Dimanche , qui s'occupe avec Florence Aubenas (Le Monde )
et Serge July (Libération ) du comité de soutien. "Nous ne savons pas où
ils sont, ni dans quel état ils sont.
"

Les enlèvements de journalistes en Syrie sont devenus un
sport national et cela quelque soit les groupes de rebelles et on ne peut pas
accuser un groupe de rebelles plus qu'un autre. "C'est la spécificité du
conflit syrien. Une série de kidnappings pas forcément revendiqués et c'est ce
qui accroît la difficulté de ces affaires. Il y a un bon nombre de journalistes
qui ont disparu de la surface de la Terre, dont on ne sait rien. C'est quelque
chose d'assez inédit par rapport aux autres conflits.
"

Une pétition en ligne a été lancée le 9 juillet 2013 et
chaque semaine une lettre est écrite dans le JDD par un écrivain. Le comité de
soutien
a écrit une lettre à l'Association des maires de France qui a fait le
relais pour que ce vendredi chaque mairie déroule des bâches avec le visage de
Didier François et Edouard Elias.

Vous êtes à nouveau en ligne