Le geek de A à Zeid : Flood

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout l'été avec Jean Zeid, France Info décrypte les expressions issues des nouvelles technologies et qui se sont peu à peu imposées, parfois jusque dans les pages des bons vieux dictionnaires. Aujourd'hui, le mot : Flood.

 "Flood" ou "flooding" est un anglicisme désignant une inondation. En informatique, il s’agirait plutôt d’un embouteillage monstre, un week-end de chassé-croisé sur les autoroutes de l’information.

Le flood est un message ou plus exactement une série de messages souvent totalement inutile, sans aucun fondement, et répété à l’envie, jusqu’à plus soif. Et la quantité de messages envoyés est telle, par exemple vers un forum ou votre boîte mail, que le système en est saturé et devient inutilisable.

Cette même technique utilisée contre un serveur Internet provoque un trafic si important que son utilisation est alors dégradée. Et ça peut aller jusqu’à interrompre totalement le service sous l'effet de la charge du flood. Le site Internet noyé par les messages est alors totalement sous les eaux, impossible d’y accéder.

On parle d’une attaque de déni de service ou attaque DDos, soit la plupart des attaques informatiques évoquées dans les médias. Mais l'expression ne vise pas seulement les hackers mais aussi les internautes en général. Par exemple, une amie Facebook poste des dizaines de photos de son bébé fraîchement arrivé jusqu’au point de ne voir que lui sur votre fil d’actualité ou encore cet autre internaute qui raconte une longue longue longue anecdote sur Twitter jusqu’à arriver au même résultat : la pollution de votre espace 2.0. Vous voilà littéralement floodé et la personne qui vous floode est devenu… un "floodeur". Sa version maléfique est un "stalker", ou quand le flood tourne au harcèlement 2.0.

Vous êtes à nouveau en ligne