Volkswagen, petit mensonge et grosses conséquences

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pas de nouveau scandale chez Volkswagen, mais enfin une bonne nouvelle, la première depuis septembre : l’entreprise n’aurait pas vraiment menti sur le niveau d’émission de C02 affiché pour ses véhicules.

Le groupe VW  annonce que le nombre de voitures, qui émettent plus de C02 qu’affiché dans leur fiche technique, n’est pas de 800.000 mais de 36.000 seulement. C’est la première bonne nouvelle depuis septembre. VW s’y raccroche. Rappelons les faits. Il y a deux scandales chez VW. Le premier concerne 11 millions de véhicules dans le monde équipées d’un logiciel truqueur pour contourner les tests anti-pollution, ça c’est le scandale de la triche. L’autre, celui dont on parle, c’est le scandale du mensonge, mensonge sur le taux de CO2 réellement émis et affiché par les véhicules du groupe,  Seuls quelques variantes des Passat, Sirocco, Polo et Golf sont concernées. Contrôle effectué sous l’œil du ministère allemand des transports et de l’autorité de contrôle de l’automobile, contrôle qui va se  poursuivre. Bref, ça n’est pas une grosse grippe, c’est juste un petit rhume. On devrait être rassurés mais il faut bien le dire, le mal est fait.

Un coût moins important

Ça va coûter moins cher à l’entreprise. Fini les deux milliards d’amende pour fraude fiscale sur la vignette qui, en Allemagne, est indexée sur les émissions de C02. Faible émission veut dire coût faible, émission plus élevée veut dire plus d’argent à donner à l’Etat, un manque à gagner que l’entreprise menteuse aurait dû rembourser. Donc, cet argent va rester dans les caisses de VW et c’est une bonne nouvelle, tout comme l’envolée du titre en bourse, ce qui ne s’était pas produit depuis longtemps. Mais sur le fond, ça ne change pas grand-chose. La catastrophe est là même si la firme essaie de redorer son blason. Et c’est urgent car les ventes ont sacrément plongé. Rien qu’en novembre, moins 25 % aux Etats Unis, moins 20 %, au Royaume uni, les autres marques du groupe, Seat, Skoda et Audi ont souffert aussi, dans ces deux marchés pourtant en progression. Même en Allemagne, les Volkswagen ont perdu 2 %.

Les moteurs truqués, un scandale qui plombe malgré tout

Dès janvier 6 millions et demi de voitures doivent-être rappelées sur l’année 2016, rien qu’en Europe. Et même s’il faut une heure seulement avec les solutions techniques mis au point par Volkswagen pour remettre le moteur aux normes, ça va quand même coûter cher à l’entreprise. 6 milliards et demi ont déjà été provisionnés. Pour la première fois depuis 15 ans, les résultats de Volkswagen sont dans le rouge en cette fin d’année, et les salariés ont la gueule de bois :plus de prime , l’an dernier, c’était tout de même 6 000 € brut, un joli petit Noël. Les salariés sont aussi en repos forcé pendant les 15 jours des fêtes du fait de la chute des ventes. Enfin, dernier épisode, c’est un juge de la cour suprême qui va instruire les 500 plaintes déposées contre le constructeur aux Etats Unis, et ce, dans l’Etat même où le scandale a éclaté, ça ne va pas être facile pour Volkswagen. Si l’entreprise a déjà traversé des crises, celle-ci sera peut-être celle de trop. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne