Un rapprochement entre la Chine et l'Inde pour façonner l'économie mondiale

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Premier ministre indien Narendra Modi poursuit ce vendredi sa visite officielle en Chine. Cette visite illustre un spectaculaire rapprochement entre deux pays, l’Inde et la Chine, longtemps brouillés pour des conflits de frontières. Que peut changer cette entente ?

La réponse du Premier ministre indien s’exprime assez clairement : "Le XXIème sera asiatique, affirme Modi, et la direction que prendra l’Asie façonnera le monde ". L’Inde et la Chine, voilà en tout cas deux géants qui ne doutent pas de leur destin : l’Inde, c’est  aujourd’hui la 8ème puissance mondiale, forte d’un milliard 200 millions habitants ; la Chine, de son coté, a un temps d’avance, elle s’est déjà hissée au premier rang mondial en terme de Pib et elle compte elle plus d’habitants encore, 1 milliard 360 millions de chinois. Les grands instituts de prévisions prévoient que dans deux décennies, l’Inde pourrait faire quasiment jeu égal en terme de Pib avec les Etats-Unis. Autant dire que si l’Inde et la Chine s’entendent, ces deux géants façonneront effectivement l’économie mondiale. Ils carburent tous les deux à 7% de croissance par an. L’Inde est déjà le premier exportateur mondial de services informatiques, de médicaments génériques, et de services aux entreprises. L’Inde est le « bureau du monde » quand la Chine de son côté s’est affirmée on le sait comme « l’atelier du monde », ses produits ont inondé la planète. 

Narendra Modi est reçu avec tous les honneurs en Chine

Le président chinois l’a accueilli dans sa province, ce qu’il n’avait encore jamais fait pour une personnalité étrangère. Les deux hommes s’apprécient, le président chinois Xi Jinping avait fait il y a moins d’un an un voyage officiel en Inde, Modi lui rend donc la politesse, avec une idée forte en tête : l’Inde a deux demandes cruciales :

1 / Elle a besoin des investisseurs chinois pour financer et réaliser d’énormes travaux d’infrastructures : l’Inde a un besoin vital de routes, de ponts, de lignes de chemin de fer, de ports, et ça les Chinois se sont déjà engagés pour réaliser plusieurs de milliards de grands travaux.  Nul doute qu’il y aura d’autres contrats, d’autres projets signés pendant ce voyage.

2 / la seconde chose que vient négocier Modi, c’est l’accès à l’immense marché chinois qui lui reste encore très fermé, notamment pour ses médicaments et ses services informatiques.

De plus en plus de coopération, mais une grande rivalité entre ces deux pays

C’est un drôle de mélange de coopération et de concurrence. On a à faire à deux grands dirigeants extrêmement pragmatiques et habiles. L’Inde avait eu plutôt tendance ces dernières décennies à jouer le camp occidental et à cultiver ses relations avec les Etats-Unis. Obsédé par l’économie, Modi juge aujourd’hui que son pays a plus à gagner à s’entendre avec la Chine en profitant du développement fulgurant de l’Asie et de la puissance de ses investisseurs. Et il fait le pari qu’il parviendra mieux ainsi à juguler les ambitions chinoises, notamment maritimes. S’il fallait une preuve d’un glissement irrésistible vers l’Asie du centre de gravité du monde, les images de ces deux dirigeants souriants et multipliant les projets, en apportent une nouvelle démonstration éclatante.