Quel est l'état réel du marché du travail aux Etats-Unis ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Nouvelle étape dans la campagne des primaires américaines, un deuxième débat va opposer demain à la télévision les cinq candidats démocrates. Et la situation de l’emploi aux Etats-Unis sera certainement au cœur des débats.

La "job machine" américaine est dans une situation totalement paradoxale. Et le marché de l’emploi sera, à coup sûr, l’un des grands sujets de la campagne présidentielle.

Côté face, l’Amérique montre une fois encore, une capacité de rebond exceptionnelle. Certes, ce fut un peu plus long qu’à l’accoutumée, mais l’économie américaine a triomphé de la grande crise de 2007-2008, et connaît aujourd’hui une période de plein emploi, le chômage étant tombé à 5 %, soit son plus bas niveau depuis 2007. Les créations d’emplois ont même bondi au mois d’octobre, l’économie américaine a ainsi créé 271 000 emplois de plus qu’elle n’en a détruit le mois dernier, c’est près de 100 000 de plus que ce qu’avaient annoncé les économistes les plus prudents. C’est dire si la job machine américaine tourne à plein régime, les services aux entreprises, la santé ou le commerce sont des secteurs en plein boom.

Le chômage baisse, mais le marché du travail se resserre

Derrière l'apparente reprise, il y a bien un problème d’emplois aux Etats-Unis. Quand on regarde de très prés tous ces chiffres, on découvre une réalité préoccupante. D’abord, le taux d’emploi aux USA, c’est à dire le nombre d’emplois rapportés aux nombre de gens en âge de travailler, a diminué de 3 points depuis 2007. Cela signifie que  depuis sept ans, de très nombreux Américains sont sortis du marché du travail. Concrètement, il y a moins de personnes qui travaillent aujourd’hui aux Etats-Unis qu’avant la crise.

Pour les hommes, 12% d’entre eux, âgés de 24 à 54 ans, ne sont aujourd’hui ni employés, ni à la recherche d’un emploi. A titre de comparaison, ce taux n'est que de 7% en France ou en Allemagne. Pour les femmes de la même tranche d'âge, 26% d’entre elles, soit plus d’une sur quatre, sont aujourd’hui dans la même situation. Des femmes en âge de travailler, mais qui ne sont pourtant ni employées, ni à la recherche d’un emploi… C’est d’autant plus surprenant, que les Etats-Unis étaient encore il y a 10ans  l’un des pays leaders en ce qui concerne la participation des femmes au marché du travail.

Une reprise en trompe l'oeil

Les économistes donnent plusieurs explications. Pour les femmes, il semblerait que l’absence de système de garde d’enfants à un coût abordable soit la cause la plus importante de leur inactivité. Et ce sujet là risque d'animer la campagne électorale, la société américaine semblant avoir décidé qu’elle n’était pas prête à dépenser de l’argent pour favoriser l’intégration des femmes dans la population active. Voilà qui apparaît comme un important recul social.

Pour les hommes, l’explication principale semble résider dans le niveau de salaire beaucoup trop faible des emplois non-qualifiés. Des jeunes américains sont ainsi de plus en plus nombreux à considérer qu’ils ne peuvent pas gagner suffisamment d'argent sur le marché du travail pour faire vivre une famille. Sans doute préfèrent-ils donc l’économie souterraine et le travail au noir pour gagner leur vie... Une situation qui mérite bien un beau grand débat électoral.

Vous êtes à nouveau en ligne