Locations de voitures pour les vacances d'été : attention à la pénurie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les réservations de locations de voitures explosent pour les ponts de mai, mais aussi pour cet été. Il n'y en aura pas pour tout le monde. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Si vous espérez encore trouver une voiture de location pour le week-end de la Pentecôte, armez-vous de patience. C’est très difficile. Tous les loueurs affichent complets ou presque et les prix s’envolent. Et pour cause, la demande est très soutenue. Les urbains sont nombreux à vouloir s’évader après ces confinements. Et la plupart des loueurs de voitures ont commandé moins de voitures que d’habitude. Mis à rude épreuve avec la crise, beaucoup ont redimensionné leurs flottes à la baisse.

L’an dernier, après le premier confinement, l’activité du secteur avait plongé de 60% et des grandes enseignes avaient souffert : Hertz avait été placée en procédure de faillite aux États-Unis et Europcar avait réduit sa flotte de véhicules d’un tiers. Avec des trésoreries réduites, l’absence de touristes étrangers et faute de visibilité, les loueurs ont moins commandé de véhicules. D’où la pénurie actuelle. Pénurie qui devrait durer aussi cet été. Un conseil : anticiper vos réservations pour juillet et août. 

Difficile d'avoir un véhicule neuf avant l'été

Avec la crise, et les mesures sanitaires, en début d’année, les usines de voitures ont tourné au ralenti. Et surtout, ces dernières semaines, plusieurs lignes de production ont été arrêtées du fait de la pénurie de semi-conducteurs. Sans puces ni matériel, les constructeurs comme Renaud, Stellantis (ex-PSA) ont dû fermer leurs sites. Résultat : plus d’un million de véhicules en Europe  n’ont pas été produits ce premier trimestre. Et du coup, pour avoir une voiture neuve, les délais se sont allongés.

Reste alors les sites de locations entre particuliers. Cette forme d’économie collaborative se développe de plus en plus. Des plateformes sont positionnées sur ce créneau comme l’entreprise américaine Getaround qui a racheté en 2019, le site français Drivy. Normalement, les tarifs sur ces sites sont 30% moins chers que chez les loueurs classiques, mais il y a un effet boule de neige, en ce moment. Avec la forte demande, les prix ont aussi tendance à augmenter sur ces sites. 

Vous êtes à nouveau en ligne