Les bouleversements à l’œuvre dans l’économie mondiale

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Quels sont les pays les plus risqués de la planète ? Quels sont les plus grands bouleversements à l’œuvre dans l’économie mondiale : ce sont les deux questions qui sont posées, sur la base d’un rapport rendu public ce matin.

Il s’agit du rapport annuel de la Coface, qui publie aujourd’hui son bilan passionnant de ce qu’on appelle les « risques-pays » : risques, bien sûr, évalués d’abord pour les entreprises, la Coface fait de l’assurance crédit, son rapport prend la mesure des grands changements à l’œuvre, il dessine en fait la carte des risques économiques dans le monde.

Le 1er changement, est en fait un mouvement de bascule qui s’est dessiné l’an passé et qui s’accentue : tout se passe comme si les perdants d’hier, États-Unis en tête, revenaient en forme tandis que les gagnants de la décennie passée retombaient eux dans des turbulences.  On a donc d’un côté, des États-Unis qui retrouvent des couleurs, rebondissent même après avoir été l’épicentre de la crise mondiale de 2008 ; de l’autre côté, on a les fameux Brics, vous vous en souvenez Fabienne, cet acronyme inventé pour célébrer dans l’enthousiasme l’émergence combinée du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud : on avait cru un peu vite qu’ils étaient l’avenir du monde, et bien ce concept  de Brics est mort et enterré : ces cinq pays là n’ont pas disparu, mais ils ne font plus club, certains ralentissent ou connaissent comme la Russie ou le Brésil, de très graves difficultés.

Il y a pourtant de nouvelles économies émergeantes

La nature a horreur du vide et les économistes aiment les concepts et donc apparaît un nouvel acronyme, celui de PPICS, alors je pourrais vous laisser chercher ces cinq pays, mais j’ai un peu pitié à l’heure du petit déjeuner : donc je vous donne la réponse : il s’agit des Philippines, du Pérou, de l’Indonésie, de la Colombie, du Sri Lanka, auquel j’ajouterai volontiers le Vietnam, autant de pays d’Asie ou d’Amérique latine dont l’économie accélère, dont les productions montent en gamme et qui sont en train de se tailler une place de choix dans la mondialisation. J’insiste sur l’Indonésie, qui est le 4ème pays le plus peuplé de la planète et qui est aussi, c’est moins connu, le premier pays musulman du monde.

L’Europe est un peu devenue le ventre mou du monde

Elle demeure une grande puissance, elle va mieux mais elle semble encore en convalescence, elle se redresse certes mais pas assez vite pour faire reculer le chômage qui la plombe. Et pour un assureur de risques, la Coface, qui forcément n’aime pas trop l’aventure, l’année 2015 en Europe est d’abord celle du risque politique : il y aura neuf élections législatives et deux élections présidentielles cette année en Europe. C’est dire, si la politique va compter. C’est comme si s’ouvrait un nouveau cycle : après des années de crises où le discours économique semblait avoir absorbé tout l’espace, et bien la politique reprend ses droits. On peut s’en réjouir bien sûr, dans cette période de langueur démocratique mais attention, quand on oublie trop l’économie, en général, elle revient brutalement par la fenêtre.

Vous êtes à nouveau en ligne