L’économie et l’emploi expliquent la poussée du Front national

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Depuis dimanche soir, il y a eu beaucoup d’analyses pour tenter d’expliquer l’ascension du Front national, mais y-a-t-il une lecture économique des résultats de ce premier tour des élections régionales ?

Vous savez bien  que je n’aime guère les explications trop déterministes, trop simplistes, surtout quand, c’est une évidence, il y a eu plusieurs causes entremêlées pour expliquer une situation forcément complexe. Mais sans tomber dans l’économisme et sa prétention de vouloir tout expliquer, il y a bien oui quelques facteurs économiques puissants dans la crise politique majeure que nous vivons et dont ce dimanche soir est une nouvelle et lassante illustration.

Deux sondages, publiés hier, par deux instituts différents, Opinion way et Harris interactive, disent la même chose : interrogés sur "Les enjeux qui ont compté le plus" au moment de mettre leur bulletin dans l’urne, les Français ont répondu en premier lieu la situation économique et celle de l’emploi. Près de dix points devant les questions de sécurité, malgré les attentats, près de quinze points devant la hausse des impôts et plus de vingt points devant la question de l’immigration. Même classement ou presque chez les 18-30, qui quand ils ont voté, (il faut rappeler que les deux tiers d’entre eux se sont abstenus), les jeunes ont mis la question de l’emploi et leur avenir professionnel en tête de leur préoccupation.

Ce n’est pas complètement une surprise

Et  c’est justement pour ça, que vous me trouvez un peu en colère ce matin. Vous avez raison, ces motivations ne sont pas une surprise dans un pays gangréné par le chômage de masse depuis quatre décennies, et où les jeunes ne sont jamais vraiment la priorité. S’est développé comme un sentiment de fatalité, ah oui le chômage, ah oui la situation des jeunes est difficile mais il faut attendre le retour de la croissance. Elle va bientôt revenir.Mais de qui se moque-t-on ?

Non, tout n’a pas été fait, tout n’a pas été essayé pour remédier à des problèmes français identifiés de longue date : l’Education nationale n’a été réformée qu’à la marge, et continue de produire des inégalités dévastatrices, le système d’apprentissage n’a été que rafistolé, quand en Allemagne par exemple, il ne laisse aucun jeune de côté – et notre organisation, nos règles du travail privilégient toujours les  "insiders", ceux qui sont dans le système au détriment des jeunes entrants. Enfin, globalement, dans ce pays, les grands arbitrages en matière de choix publics, de dépenses publiques, très déséquilibrés, penchent toujours nettement en faveur des plus âgés.

D’autres pays affichent de bien meilleures performances, en matière d’emplois des jeunes par exemple ?

Oui, beaucoup de nos voisins font mieux, bien mieux que nous en matière d’éducation et surtout d’emploi des jeunes. La France s’est occupée du traitement social du chômage, mais assez peu du traitement économique du chômage. Dans des systèmes et des univers différents, l’Allemagne et la Grande Bretagne ont expérimenté d’autres méthodes. Beaucoup chez nous vilipendent, ces exemples, sous prétexte, et c’est vrai, qu’ils ont aussi multiplié les petits boulots. Mais dans ces deux pays, tout vaut mieux que le chômage, parce qu’un emploi, même modeste, c’est déjà sortir de l’exclusion, c’est une vie sociale, des relations, et surtout une possibilité d’en trouver un autre plus valorisant, plus rémunérateur, bref de progresser. Ces exemples prouvent qu’il n’y a donc aucune fatalité en matière de chômage. A bon entendeur.