L’économie collaborative touche les banques

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une nouvelle forme d’économie voit le jour, l’économie collaborative, qui est en train de prendre une place considérable dans les domaines de l’hébergement, des transports, ou même de la banque.

Vous avez déjà entendu parler ou même essayé vous même Blablacar, Airbnb, Uber-Pop, de nouveau services accessibles sur votre téléphone portable, pour partager un voyage en voiture, échanger votre appartement pour quelques semaines de vacances et pour faire une course en taxi avec un particulier, et bien c’est exactement ce que les économistes appellent l’économie collaborative. Ce sont donc des services ou des pratiques de partage ou d’échange, incluant ou nom d’une dimension financière, des pratiques à la fois vieilles comme le monde mais qui ont explosé depuis quelques années grâce au numérique et à ces fameuses plate-formes internet et ces applications qu’on télécharge sur son mobile. Et une étude très sérieuse publiée hier par le cabinet de conseil PriceWaterHouseCoopers nous dit que ces pratiques, ces business pas comme les autres, sont en train de faire émerger un nouveau continent économique.

Mais cette nouvelle économie collaborative est encore marginale ou elle pèse déjà réellement un poids important ?

Elle était marginale il y a encore un ou deux ans, elle ne l’est déjà plus et surtout elle va exploser, littéralement dans les années qui viennent. Jugez plutôt : l’étude de Price porte sur les Etats-Unis, mais on sait qu’en général, ce qui se passe là bas finit par arriver chez nous avec un petit délai de décalage, alors autant s’y préparer. Et bien, l’économie collaborative pèse déjà 15 milliards de dollars aux Etats-Unis, et son poids va être multiplier dans les dix ans qui viennent non pas par 5, ni par 10 mais par plus de 20 au point de peser en 2025 plus de 330 milliards, c’est considérable. Tout simplement parce que ça répond à une demande, à une aspiration extrêmement forte des consommateurs : c’est à la fois moins cher, plus pratique, souvent plus écolos, avec une convivialité différente, pour le dire vite. Dans cette étude, j’ai trouvé un chiffre qui m’a vraiment surpris : vous connaissez Airbnb, une plate forme de location de logement entre particulier, et bien en nombre de nuités, AirBnB réalise déjà 20% de nuités en plus que la grande chaine d’hôtels Hilton que tout le monde connaît et présente dans le monde entier. 

Jusqu’où va aller cette nouvelle économie ?

A priori, il n’y a pas de limites. Elle va même gagner des secteurs auxquels on ne pensait pas spontanément pour des raisons de confiance évidentes, la banque par exemple : aux Etats-Unis, les prêts entre particuliers connaissent déjà un succès extraordinaire, et l’étude dont je vous ai parlée, prévoit que cette pratique va connaître un taux de croissance de plus 60% dans les années qui viennent. Voilà encore un acteur traditionnel, la banque, qui risque d’être déstabilisé par ces nouvelles pratiques développées à grande échelle. De nombreux économistes, à l’image de l’américain Jeremy Rifkin prévoit que cette économie collaborative et du partage va prendre une place considérable et inventer une sorte de capitalisme hybride, qui mélangera en deux parts égales les activités de business qui resteront traditionnelles et cet éco-système baroque mêlant partage et transactions entre particuliers. C’est en tout cas une des mutations majeures de l’économie aujourd’hui.