Le décryptage éco. Un dollar = un euro, c'est pour 2017 ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Est-ce l’effet Trump ? 2017 pourrait bien être le retour de la parité Euro-Dollar. Cela fait 14 ans que l’euro est plus fort que la monnaie américaine. Mais la tendance s’inverse.

C’est à la fois l’effet Trump et la politique monétaire de la Banque centrale des États-Unis. Le marché américain fait incroyablement confiance au président élu. Wall Street est probablement en marche pour battre un nouveau record et le dollar a grimpé quasiment de 4 % depuis l’élection qu’a remportée Donald Trump. Trump qui a promis de démanteler ce que Barack Obama avait mis en place pour éviter de retrouver la situation de 2008 issue de la crise des subprimes. Ce qui met en joie le monde de la finance qui apprécie fortement cette liberté retrouvée.

S’y ajoute son plan de relance basé sur des grands travaux tels que la rénovation et la construction d’aéroports. Ensuite dans son programme, il a inscrit des baisses d’impôts. C’est la deuxième raison cela se cumule avec la politique de la réserve fédérale des ÉtatsUnis qui dope le billet vert. Le patron de la FED a relevé son taux directeur de 0,50 à 0,75 %, ce qui attire les investisseurs, leurs capitaux et ce sont eux qui vont financer la croissance américaine. De plus la FED a annoncé qu’elle allait relever son taux directeur à trois reprises en 2017 ce qui va encore booster la devise américaine.

Depuis 14 ans la monnaie européenne dominait le dollar et effectivement on peut penser que l’année prochaine Un dollar vaudra un euro, voire en dessous des un dollar. Je rappelle qu’à la veille du week-end de Noël un euro valait 1,45 dollar. C’est donc son niveau le plus bas depuis janvier 2013.

 Il n’y a pas que des inconvénients pour le vieux continent

Les pays exportateurs européens vont pouvoir vendre moins cher et souvent beaucoup plus sur les marchés américains. Cela fait le bonheur en particulier des industriels qui étaient pénalisés depuis 14 ans par l’euro fort. Mais il y a un inconvénient tout de même pour nous consommateurs. On va payer les produits américains plus chers puisque le taux de change sera moins avantageux.

Et il faut s’attendre à une augmentation des prix à la pompe. Le pétrole s’achète en dollars, ce qui va conduire à un renchérissement de l’essence et du gazole et puis les cours remontent en raison de la politique de l’Opep qui réunit les pays exportateurs de pétrole. Ils réduisent leur production ce qui conduit à un renchérissement du prix de l’or noir. Et c’est aussi un inconvénient pour les touristes. Avec un euro à la baisse les voyages aux États-Unis seront eux aussi plus coûteux.

Vous êtes à nouveau en ligne