Le décryptage éco. Toys'R'Us vient de se déclarer en faillite

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Décidemment ça ne va pas bien sur le marché des jouets. Toys'R'Us vient de se déclarer en faillite. Il y a quelques jours c'est Lego qui licenciait. Le décryptage de Fanny Guinochet (L'Opinion).

Le leader du jouet américain vient d’annoncer qu’il ne pouvait plus payer sa dette. Elle est considérable : 5 milliards de dollars. Du coup, il se place sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, l'équivalent d'une procédure de sauvegarde, c’est le placement le plus important jamais effectué par un distributeur spécialisé.

Toys'R'Us paie les transformations qui ont secoué la distribution aux USA ces dernières années. La concurrence d’Internet lui a été fatale. Quand en 2005, Toys'R'Us a rencontré des difficultés, il est tombé dans le piège des LBO, « leverage buy out », ces rachats qui se font par endettement, qui coûtent peu aux acheteurs mais font peser le poids de la dette au groupe. Plusieurs fonds américains ont donc mis la main sur Toys'R'Us, Bain Capital et KKR. Ca a été la descente aux enfers.

Est-ce que Toys'R'Us va fermer boutique ?

Il y a deux ans, le groupe avait déjà fermé son temple du jouet à Times Square à New York, 10 000 mètres carrés qu’il avait ouverts en 2001 quand il était au top de sa gloire. Aujourd’hui, il a encore 1 600 boutiques dans le monde dont une cinquantaine en France et elles devraient fonctionner normalement. Car pour le moment, précise la direction, les activités en dehors des Etats-Unis et du Canada ne sont pas touchées par les procédures de faillite. Toys R Us promet qu’il pourra apporter des jouets aux enfants à Noël, à condition que ses clients fassent surtout leurs achats sur les sites internet que le groupe vient de lancer.

Pour s’en sortir, l’enseigne fait le pari de la vente en ligne, mais c’est un peu tard. En 2000, elle avait pourtant signé un partenariat exclusif avec Amazon. Mais l'affaire avait fini en contentieux quatre ans plus tard. C’est dommage, car entre temps, il s’est fait largement concurrencé notamment par ces mastodontes d’Internet.

Comment va t-il s’en sortir ?

Dans l’immédiat, plusieurs banques sont venues à la rescousse. Elles ont accepté d'injecter dans le groupe plus de 3 milliards de dollars « pour améliorer la santé financière de la société et la soutenir pendant la procédure de faillite ». En clair, la dette va être restructurée. Mais il faut attendre de voir si la justice américaine valide ce nouveau prêt. En attendant, les 65 000 employés dans le monde sont inquiets, D’autant que cette annonce intervient au plus mauvais moment, trois mois avant Noël, période durant laquelle le géant du jouet réalise 40 % de son chiffre d’affaires.

Le chiffre du jour

300 millions d’euros, c’est ce que va coûter l’importante rénovation de la Tour Montparnasse à Paris, mais que les Parisiens et les Français se rassurent, ce sont la quarantaine de copropriétaires privés qui vont payer le lifting de ce bâtiment qui a un peu plus de 40 ans ( Axa, MGEN).

Et cocorico, c’est une équipe de 5 jeunes Français ( l’agence nouvelle AOM) qui a remporté le chantier de rénovation Il devrait être terminé en 2024… pour les JO !