Le décryptage éco. Selon Bpifrance, les ETI ont le moral au beau fixe

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Selon l’Insee, la croissance de l’économie française va s’accélérer cette année. Le PIB devrait croître d’1,6%, après 1,1% en 2016, et l’emploi continuer de progresser. Illustration à travers le baromètre annuel sur le moral des ETI publié par Bpifrance ce mercredi.

Si l’on en croit l’Insee, l’année 2017 verra la croissance de l’économie française s’accélérer. Ainsi, le PIB devrait croître d’1,6%, après 1,1% en 2016, et l’emploi continuer de progresser. En témoigne le baromètre annuel sur le moral des ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) que publie Bpifrance mercredi 21 juin. Ce baromètre annuel de Bpifrance a été créé en 2011. C’est donc la septième année que ce panel est réalisé, et l’édition 2017 est le meilleur cru depuis six ans. Il est important de préciser que cette enquête a été menée au cours des mois de mars et avril derniers. On ne peut donc pas parler d'un effet Macron. Moins de deux mois avant l’élection présidentielle, les jeux n’étaient pas encore faits. 

Optimisme à tous les étages

50% des ETI anticipent une hausse de leur chiffre d’affaires. 11% craignent plutôt un repli. Les ETI interrogées reconnaissent une nette amélioration de leur situation financière, les perspectives sont bonnes dans l’industrie. Quant aux perspectives d’embauches, elles sont au plus haut depuis six ans. L’embellie est très nette dans les secteurs de la construction et des services puisqu’une ETI sur deux dans les services prévoit de créer des postes dès cette année.

Cela s’explique simplement : des prévisions d’investissements en hausse sont le signe que les chefs d’entreprises reprennent espoir dans leurs carnets de commande. Un patron, à cet égard, n’est pas un philanthrope : il investit et embauche s’il a des perspectives de marché. Il faut également souligner la dimension internationale de ce baromètre Bpifrance. Les ETI françaises ont en moyenne entre deux et trois filiales à l’étranger. Elles promettent d’investir en priorité en Europe avant l’Asie et l’Amérique du Nord.

Inscrire ce mouvement dans le temps

Ce qu’il faut maintenant, c’est rendre cette tendance  ce mouvement dans le temps. Les entreprises bénéficient d’un contexte international porteur mais il faut aussi un accompagnement au niveau national. L'un des enseignements de ce baromètre Bpifrance est de montrer que notre économie ressemble de plus en plus au modèle allemand du Mittelstand. On en est encore loin mais cela peut être une voie. Ce modèle repose essentiellement sur des PME familiales.

90% des entreprises d'outre-Rhin sont construites sur cet écosystème, emploient plus de la moitié de la population active du pays et génèrent la moitié de la richesse nationale. Ce système offre toute une palette d'avantages fiscaux sur la transmission d'entreprises, des garanties sur les droits de succession à condition de privilégier de bonnes politiques salariales, etc. Créer les conditions d'un Mittelstand à la française peut être, aussi, l’occasion de réduire l’écart de compétitivité qui existe entre les économies situées des deux côtés du Rhin.


Selon Bpifrance, les Entreprises de Taille... par franceinfo