Le décryptage éco. Retraite : les syndicats ensemble dans la manifestation, mais plus que jamais concurrents

Pourquoi CFDT et CGT ne défilent pas ensemble ce mardi à Paris. Le décryptage éco de Fanny Guinochet ("L'Express").

Ce mardi 17 décembre, tous les syndicats défilent contre la réforme des retraites. Mais il y a en fait deux cortèges en un. C’est inédit. La CGT, Force ouvrière, Sud, devant ; et sur le même parcours, un peu plus loin derrière , après une zone tampon, la CFDT, l’Unsa, la CFTC, ces syndicats que l’on dit réformistes.

Les deux camps n’ont pas voulu se mélanger tout simplement parce qu’ils ne revendiquent pas la même chose : la CGT , FO et tout le bloc contestataire ne veulent pas du tout du système de retraite par points, alors que la CFDT et consoeurs sont favorables par principe au système par points mais demandent à Emmanuel Macron de revoir sa copie en supprimant notamment ce fameux âge pivot de 64 ans. Ce ne sont pas les mêmes revendications.

Mais d’habitude, quand il n’y avait pas les mêmes mots d’ordre, il y a avait le même jour plusieurs cortèges avec des parcours différents Par exemple, les uns manifestaient dans la capitale, les autres choisissaient une ville de province.Ce double cortège parisien est donc inédit. Il ne faut pas s’attendre à une photo de famille avec Laurent Berger et Philippe Martinez derrière la même banderole comme c’était le cas lors des dernières grandes manifs contre les retraites avec François Chérèque et Bernard Thibault en 2010.

Dans cette bataille, il y a concurrence entre la CGT et la CFDT

Ces deux syndicats ont beau tous les deux ferrailler avec le gouvernement, ils sont aussi des compétiteurs entre eux : il ne faut pas oublier qu’il y a un an à peine, la CFDT devenait le premier syndicat de France, elle ravissait la première marche du podium à la CGT, c’était historique et un sérieux camouflet pour une CGT centenaire.

Dans ce contexte, Philippe Martinez entend reprendre le leadership syndical.  Chacun va vouloir montrer à ses troupes qu’il a obtenu des avancées. Ce sont vraiment aussi deux visions très différentes du syndicalisme qui s’opposent, en tout cas au niveau national. La CGT est dans l’opposition, alors que la CFDT prône d’abord la négociation. La CGT est prête à assumer les blocages et les grèves même pendant les fêtes, alors que la CFDT cherche le dialogue avec le gouvernement pour trouver rapidement une issue au conflit.

Après la manifestation de cet après-midi, Edouard Philippe devrait d’ailleurs recevoir les syndicats demain ou après-demain. Et il envisage de recevoir la CGT et la CFDT, mais séparement !          

Vous êtes à nouveau en ligne