Le décryptage éco. Retour sur le fiasco de l'EPR de Flamanville

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le gouvernement reçoit lundi un rapport sur l’EPR de Flamanville dans la Manche, ce réacteur nucléaire troisième génération qui accumule les problèmes et les déboires. Retour sur un fiasco. Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Opinion").

Un rapport sur l’EPR de Flamanville dans la Manche, dévoilé lundi 28 octobre a pour objectif de faire le point sur les dérapages de l’EPR de Flamanville. Un projet qui a plus de dix ans de retard. Sa construction a commencé en 2007, il devait entrer en service en 2012. Et aujourd’hui, on parle d’une livraison à horizon 2022 .

Agacé par ce naufrage, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie a tapé du poing sur la table cet été, dénoncé des "dérives inacceptables... pas à la hauteur, en tout cas, de ce qu'EDF représente". L’État demande des comptes à l’électricien dont il actionnaire. EDF invoque différents problèmes, notamment des soudures sur le chantier : mais comment est-ce possible ? Pourquoi n’ont elles pas été anticipées ? Comment les réparer ? Bref, l’EPR qui devait être le bijou technologique français tourne aujourd’hui au véritable accident industriel  

L’EPR de Flamanville coûte toujours plus cher

La facture explose. On dépassera les 12  milliards d’euros, soit quatre fois plus que l’enveloppe prévue au départ. Cette ardoise fragilise financièrement EDF, déjà encombré par une dette de 37 milliards d'euros. En plus, ça tombe mal pour EDF, qui doit faire face au coût colossal de la rénovation des centrales nucléaires françaises et qui est pressé par l’Elysée de présenter un vaste projet de réorganisation interne. Autant dire que dans ce contexte, l’EPR est devenu un boulet pour EDF.  

Ce rapport peut influencer le gouvernement sur la construction d’autres EPR. C’est même tout l’enjeu de cet audit demandé à l’ancien patron de PSA Jean-Martin Folz. Le gouvernement réfléchit aujourd’hui à l’avenir de la filière nucléaire : il envisage la construction de six nouveaux EPR d’ici 15 ans Mais il s’interroge : Faut-il revoir la technologie EPR ? Sachant qu’il y a ailleurs des EPR qui fonctionnent bel et bien, en Chine ou en Finlande. Et qu’ils sont même entrés en service avec un peu d'avance sur le calendrier. Est-ce le savoir-faire d'EDF qui est en cause ?  Ce n’est pas dit aussi explicitement, mais le gouvernement compte bien sur le rapport Folz pour l’aider à trancher.                        

Vous êtes à nouveau en ligne