Le décryptage éco. Petites retraites : le montant des pensions sera calé sur la hausse des prix

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Emmanuel Macron devrait donc réindexer les pensions sur l’inflation. L’objectif est de redonner du pouvoir d’achat aux retraités.

Emmanuel Macron devrait réindexer les pensions de retraite sur l’inflation. Cela veut dire que les pensions suivront de nouveau la hausse des prix. En 2018, les pensions n’ont augmenté que de 0,3% alors que inflation était à 1,8% ce qui fait un vrai différentiel. Cette réindexation n’est pas une surprise, le gouvernement l’évoquait depuis un mois. Mais attention, elle ne devrait pas concerner pas tous les retraités. 

Ne seraient concernés que les retraités qui ont un revenu fiscal de référence qui va jusqu’à  2 000 euros par mois. Pour eux, les pensions devraient donc a priori progresser de 1,1% en 2020, c’est le niveau de l’inflation attendue (hors tabac). Pour ceux qui ont plus de 2 000 euros de revenus, les pensions devraient rester sur le schéma actuel, c’est-à-dire n’augmenter que de 0,3%, comme c’est déjà le cas aujourd’hui. Mais tout ça devra quand même être voté dans le projet de loi de finances à l’automne prochain. Ce qui risque de donner lieu de nouveau à des débats politiques car cela va créer deux catégories de retraités, fiscalement parlant. Enfin, la mesure n’est pas facile à mettre en place techniquement parce qu’il y a 42 régimes de retraites. Comment connaître tous les revenus et pensions des différents régimes ? En 2014, le gouvernement avait travaillé sur cette piste mais avait abandonné car trop difficile à mettre en œuvre.

Le seuil à 2 000 euros 

Cette borne de 2 000 euros de revenus ne sort pas de nulle part. Le 10 décembre dernier, en pleine crise des "gilets jaunes", Emmanuel Macron avait déjà fait un premier geste en faveur des retraités modestes en annulant pour les pensions comprises entre 1 200 et 2 000 euros par mois, la hausse, prévue pour 2019 et les années suivantes, de la CSG. Finalement, les "gilets jaunes" ont poussé Emmanuel Macron à rétablir en 2019 l'ancien taux normal de CSG sur les retraites comprises entre 1 200 et 2 000 euros.

Une donnée fiscale importante

Sous-indexer toutes les pensions fait rentrer dans les caisses autour de trois milliards d’euros par an. Si le gouvernement instaure deux catégories ce sera forcément un peu moins, mais cela reste une donnée fiscale importante, parce qu’en France, les retraites, c’est 14% de notre PIB, de notre richesse nationale. Il y a 17 millions de retraités qui sont aussi 17 millions d’électeurs et Emmanuel Macron veut clairement se "rabibocher" avec eux. À quelques semaines des élections européennes, le président  veut effacer "tous les malentendus" qu’il y a eu avec cette catégorie : "Je veux que la considération pour les retraités se traduise par de la confiance et des règles claires", avait normalement prévu d’indiquer le chef de l’État dans son allocution. Pour le coup la réindexation sur l’inflation pour les retraités les plus modestes serait un vrai geste. Et ce d’autant plus que cette histoire de réindexation n’était pas dans son programme.         

Vous êtes à nouveau en ligne