Le décryptage éco. Les prix de l'électricité vont encore augmenter en août

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le prix de l‘électricité va encore augmenter cet été. Après une précédente hausse contestée de 5,9%, il y a à peine un mois. Pourquoi deux augmentations en si peu de temps ? Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Opinion").

On doit s'attendre à une nouvelle hausse de l'électricité prochainement. La dernière hausse, le 1er juin, était en fait celle de février que le gouvernement avait repoussée en pleine crise des "gilets jaunes". La Commission de régulation de l'énergie, la CRE, qui fixe les prix réglementés de l'électricité rend ses avis tous les six mois, en hiver et en été .Là on aura eu les deux coup sur coup. La hausse qui arrive était attendue. On peut juste se consoler en se disant qu’elle sera moins importante que celle que l’on vient de subir autour de 1,2% contre presque 6% il y a un mois. Grosso modo, cela devrait représenter cette fois-ci environ 18 euros supplémentaires par an en moyenne pour un foyer qui se chauffe à l’électrique. Ajoutés aux 85 euros de hausse d’il y a un mois, on dépasse la centaine d’euros supplémentaire pour l’année. Soit une des plus fortes progressions enregistrées.  

Hausse attendue le 1er août

Cette fois, le gouvernement n’entend pas traîner : le processus veut que la commission de régulation de l’énergie propose ses recommandations. Le gouvernement a trois mois pour les appliquer. La dernière fois, il avait utilisé ces trois mois, et attendu la fin de l’hiver histoire d’éviter d’appliquer l’augmentation à un moment où les Français consomment le plus d’électricité. On était en pleine crise des "gilets jaunes". Là, c’est l’été, on consomme moins, il se dit que la pilule sera moins amère.   

Comme souvent, cette nouvelle hausse est d'abord due au renchérissement d'une taxe. En l'occurrence, ici, elle s’appelle "Turpe", et vise à soutenir les principaux responsables du réseau électrique qui assurent à la fois le transport et la distribution. Mais le calcul complexe de la Commission de régulation de l’énergie, se base sur plusieurs paramètres. Sans rentrer dans les détails, il y a les coûts commerciaux, les coûts d'approvisionnement, mais aussi l’évolution des prix de l'énergie sur les marchés de gros, qui justement sont très variables. Le baril de pétrole a d’ailleurs fait beaucoup augmenter les prix de l’électricité ces derniers mois.  

Changement du mode de calcul

François de Rugy, le ministre de l’Écologie, a décidé de revoir la formule de calcul.  Il cherche à éviter les hausses trop importantes à venir et il estime que la définition actuelle des tarifs de l’électricité ne prend pas assez en compte la part de l’énergie produite via le nucléaire, qui représente 75% de l’énergie produite et dont le coût est assez stable, contrairement au prix du pétrole. Du coup, le ministre a inscrit une disposition pour changer de méthode de calcul dans la loi énergie-climat en discussion, en ce moment au Parlement. En attendant, le 1er août, 25 millions de foyers EDF vont voir leur facture s’alourdir. Ils pourraient être tentés de quitter l’opérateur historique. Chaque mois, EDF perd 100 000 abonnés.                                    

Vous êtes à nouveau en ligne