Le décryptage éco. Les Galeries Lafayette ouvrent un magasin sur les Champs-Elysées très tourné vers la clientèle chinoise

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les Galeries Lafayette inaugurent une boutique de luxe sur les Champs-Élysées à Paris. L'occasion de mettre en oeuvre une nouvelle stratégie. Le décyptage de Fanny Guinochet ("L'Opinion").

C’est la plus grande surface commerciale sur les Champs-Elysées : plus de 6 500 m2 sur quatre étages, à la place de l’ancien Virgin Megastore, que les Galeries Lafayette ont inauguré mardi 26 mars.

L'enseigne a fait appel à l’architecte danois Bjarke Ingels, pour remettre en valeur ce bâtiment art déco des années 1930, une ancienne banque qui n’a pas de vitrine. Un magasin sans vitrine, c’est un concept, dans une ambiance très sobre, très design. Sous une immense coupole lumineuse, les espaces ressemblent à des boîtes de verres suspendues. C’est très particulier. Cette nouvelle boutique se veut un véritable "temple de l’art de vivre à la Française, de la mode, de la gastronomie, du luxe".

Tous les vendeurs parlent le mandarin

Elle vise, certes, une clientèle française aisée mais surtout, les touristes étrangers. Les Galeries Lafayette veulent attirer les 100 000 visiteurs qui, tous les jours, déambulent sur les Champs-Élysées. Surtout les touristes chinois. Ils sont chaque année plus de millions à venir en France. C’est pour ça, par exemple, que les 300 vendeuses et vendeurs, qu’on appelle désormais, des "personal stylist" – des stylistes personnels – ont tous été recrutés sur un critère : parler le mandarin. Ils sont tous équipés d’un smartphone, pour être au courant en live de l’état des stocks, des dernières tendances. Les cintres sont connectés et indiquent les tailles disponibles. Et vous pouvez évidemment payer directement avec votre smartphone, ce mode de paiement étant très répandu en Chine.    

La Chine, c’est le relais de croissance de la marque. Il y a encore eu une ouverture d’une boutique samedi 23 mars à Shanghai. Et les Galeries Lafayette visent d’ici cinq ans 10 nouveaux magasins dans des villes moyennes de Chine. La marque veut conquérir cette nouvelle classe moyenne chinoise qui a les moyens, envie de consommer, de voyager et de venir à Paris. Quand elle vient en France, elle est très dépensière : le panier moyen du touriste chinois est de 3 400 euros. Aujourd’hui, les clients chinois représentent un quart du chiffre d’affaires des Galeries Lafayette.

Un désengagement dans les régions

Dans l'hexagone, les Galeries Lafayette réduisent la voilure. En région, les ventes stagnent. Du coup, la marque se désengage de ses magasins provinciaux à Amiens, Toulon, Rouen, Bordeaux, Angoulême, Besançon, où ils ont été cédés l’année dernière. Souvent, ils ont été franchisés. L’entreprise familiale ne jure maintenant que par Paris. Les Galeries Lafayette vont aussi bientôt ouvrir un grand espace du côté de Beaugrenelle dans le 15e arrondissement et à l’étranger Doha, Milan, Jakarta. Sans oublier enfin, le numérique : le groupe a pris le contrôle du site La Redoute en 2017 pour doper sa présence sur le net, mais il a plus de mal.  

Le magasin sur les Champs-Elysées vient d’être inauguré mais il ne sera ouvert au grand public qu’à partir de jeudi 28 mars à la mi-journée.

Vous êtes à nouveau en ligne