Le décryptage éco. Le chômage au plus bas depuis dix ans

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le taux de chômage est descendu à 8,8% au 4ème trimestre 2018, selon l'Insee. C'est son plus bas taux depuis 2009. Le décryptage de Fanny Guinochet, ("L'Opinion").

On n'a pas vu cela depuis dix ans. Le taux de chômage est descendu à 8,8% de la population active au quatrième trimestre 2018. L’Insee a publié ces chiffres jeudi 14 février, calculés selon les normes du bureau international du travail (BIT). Le chômage baisse en France. 

Il y a eu 39 000 chômeurs en moins en 2018. C’est une baisse significative qui vient confirmer la tendance qu’on avait déjà vu se dessiner fin janvier quand Pôle emploi avait publié ses données. Les chiffres montraient là aussi, une baisse de 1,5% du chômage en 2018 en France. Les indicateurs convergent.

Croissance en hausse donc créations d'emplois, la bonne recette

La croissance a dopé les créations d’emplois. En France, les entreprises ont créé 100 000 emplois nouveaux, en 2018. C’est le signe qu’après des années de crise, les chefs d’entreprises ont retrouvé des marges mais aussi confiance en l’avenir. Les employeurs ont fini par embaucher à nouveau. 

Le chômage des jeunes baisse aussi, nettement d’ailleurs, puisqu’on a retrouvé des niveaux d’il y a dix ans, avant la crise qui a fait du mal à l'emploi. Cela tient à des politiques volontaristes, d’aides à la formation des moins de 25 ans. Mais si on regarde, cela concerne toutes les catégories de la population, la proportion des 15-64 ans qui travaillent est aussi en hausse. C’est important parce qu’elle n’avait pas atteint ce niveau depuis près de 40 ans. 

Cette baisse va-t-elle durer ?

Il faut espérer qu’il n’y ait pas trop de nuages qui s’accumulent. La croissance ralentit. On est quand même dans un environnement économique incertain entre le Brexit, la situation en Italie, les relations et la crise commerciale entre la Chine et les États-unis. Cela pèse sur l’activité. 

Au niveau national, il faut voir aussi comment la crise des "gilets jaunes" va évoluer et impacter l’activité. Les commerçants tirent la sonnette d'alarme. On peut s’attendre à des dépôts de bilan. Franceinfo révélait le chiffre lundi 11 février de 70 000 personnes en chômage partiel, en raison de la mobilisation des "gilets jaunes". Ce chômage partiel est souvent malheureusement l’antichambre du chômage tout court.

Emmanuel Macron peut-il tenir sa promesse de ramener le chômage à 7% à la fin du quinquennat ? Les résultats sont encourageants mais, attention, rien n’est encore gagné car la baisse ralentit. C’est moins bien qu'en 2017 où on avait enregistré près de 100 000 chômeurs de moins. En 2018, il y a aussi un ralentissement très net des créations d’emplois, elles ont été divisées par trois l’année dernière.

La réforme de l'assurance-chômage pourrait changer la donne

Tout va dépendre aussi de la réforme de l’assurance-chômage. Les partenaires sociaux, le patronat et les syndicats se retrouvent jeudi pour négocier. Mais ça coince notamment sur la façon de limiter le recours aux contrats courts. Le gouvernement a demandé aux partenaires sociaux de trouver des solutions. Mais le patronat ne veut pas entendre parler du bonus-malus, une solution où l’on modulerait les cotisations des employeurs en fonction de la durée des contrats. Le patronat a envoyé dans la nuit de mercredi à jeudi une proposition dans laquelle il suggère de revoir les règles d’utilisation des CDD usage, des contrats courts récurrents.

Vous êtes à nouveau en ligne