Le décryptage éco. La réforme des retraites fait son retour

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Revoilà la réforme des retraites. Mais elle provoque un bras de fer au sein du gouvernement, entre Elisabeth Borne et Bruno Le Maire. Le décryptage éco de Fanny Guinochet

D’habitude, Bruno le Maire et Elisabeth Borne sont plutôt sur la même longueur d’ondes, mais ce week-end, on a pu voir, par presse interposée, leur différend. Pour Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, la réforme des retraites est une "priorité absolue". Elle est nécessaire pour remettre dans le vert les finances publiques, qui ont plongé avec la crise du Covid-19.

Pour Elisabeth Borne, la ministre du Travail, ce n’est pas du tout l’urgence du moment il faut d’abord gérer la crise économique et sociale. En réalité, chacun est dans son rôle : Bruno Le Maire est à Bercy et chapeaute les comptes publics. Il a le souci de trouver de l’argent,  surtout quand dans le même temps, il assure qu’il n’y aura pas de hausses d’impôt. Elisabeth Borne est ministre du dialogue social. Elle a en charge les partenaires sociaux, et sait qu’aucun d’entre eux, syndicats comme patronat d’ailleurs, n’ont envie de remettre ce dossier explosif sur le tapis.

La réforme n’a jamais été vraiment abandonnée

Elle a été mise sur pause, épidémie de Covid-19 oblige, alors qu'elle divisait le pays. Avec la crise, notre régime de retraites s’enfonce dans les déficits : il y a moins de cotisations, avec autant de dépenses, les pensions des retraités n’ont pas diminué. La semaine dernière, le conseil d’orientation des retraites a d’ailleurs confirmé, pour cette année, un trou de plus de 23 milliards d’euros. Cela représente plus d’1 % de notre PIB, notre produit intérieur brut, la richesse que l’on crée chaque année. 

À l'agenda social d’Elisabeth Borne, il était prévu des rencontres avec les partenaires sociaux pour rouvrir le chantier mais le reconfinement a bousculé ce programme. Nous sommes fin novembre, et d’autres sujets comme le télétravail, l’assurance chômage sont passés avant. Dimanche 29 novembre, la ministre du Travail a quand même parlé d’une concertation sur les retraites mais dans le cadre d’un débat parlementaire apaisé, pas avec le 49.3. Pas sûr que les conditions soient réunies en ce moment. Quant à la position d’Emmanuel Macron, ça fait longtemps que le président n’a rien dit sur le sujet. Mais, en même temps, il n’a jamais renoncé à instaurer un système de retraites universel par points. En tout cas, ce sera un des débats de la présidentielle.

Vous êtes à nouveau en ligne