Le décryptage éco. Toys"R"Us va vendre ou fermer tous ses magasins américains

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La célèbre marque de jouets, Toys"R"Us a annoncé mercredi à ses salariés par une conférence téléphonique que le groupe allait fermer toutes ses boutiques aux Etats-Unis.  

Le PDG de la célèbre marque de jouets, Toys"R"Us a annoncé mercredi à ses salariés par une conférence téléphonique qu’il allait fermer toutes les boutiques aux Etats-Unis, soit près de 800 magasins. Pas moins de 33 000 emplois risque d’être supprimés.

En septembre 2017, Toys"R"Us avait déjà défrayé la chronique. En étant placée sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, c’était déjà aux Etats-Unis, le placement le plus important jamais effectué par un distributeur spécialisé. La marque avait déjà fermé ses boutiques en Angleterre durant l'hiver. Cette annonce est un séisme, car Toys"R"Us a été créée  dans les années 50. C’est le leader du secteur. L'enseigne est implantée dans le monde entier et plus 65 000 salariés sont menacés de perdre leur emploi.

La France concernée

En France, une cinquantaine de boutiques, et près de 1 500 emplois sont sur la sellette. Le PDG a annoncé que pour les activités dans le monde, la marque va tenter de trouver des repreneurs  Dans un communiqué jeudi matin, Toys"R"Us dit étudier l'option d'un potentiel processus de vente. Un comité d'entreprise se tient jeudi 15 mars au siège social français de l'enseigne, à Saint-Fargeau-Ponthierry, en Seine-et-Marne.    

Comment en est-on arrivé là ?  

Depuis 2005, Toys"R"Us  est étouffée par une dette abyssale de 5 milliards de dollars qu’elle ne parvient pas à rembourser. Elle a fait l’objet d’un rachat par endettement, un LBO,  (leveraged buy-out, LBO). Plusieurs fonds américains ont mis la main sur le groupe. Conséquence : une descente aux enfers. Surtout, Toys"R"Us n’a pas réussi à résister à la concurrence d’internet. Le groupe a tenté de se mettre à la vente en ligne, mais beaucoup trop tard. Et il a pris de plein fouet la concurrence d’Amazon.   

Un cas généralisé dans le secteur du jouet

De nombreux parents préfèrent désormais acheter sur internet. L’ensemble du secteur du jouet a vécu une guerre des prix sur internet. En France, mardi dernier, le groupe français Ludendo, propriétaire de l'enseigne de jouets La Grande Récré, a été placé, en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Paris. La Grande Récré compte 400 magasins dans le monde, 2 500 collaborateurs. Toutes ces marques n’ont pas su rénover leurs supermarchés du jouet pour les rendre plus attractifs. Elles n’ont pas su s’adapter non plus aux nouvelles attentes des enfants, en mettant en avant les jouets qui aujourd’hui sont les plus demandés, comme les jeux vidéos. Et ce, dans un contexte où le marché global est à la baisse. Les ventes de jouets reculent de 1% par an, alors que jusqu’à présent, elles augmentaient.          

Vous êtes à nouveau en ligne