Le décryptage éco. Emmanuel Macron en Guyane, territoire toujours en crise

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Emmanuel Macron est en visite en Guyane, un territoire en crise où le développement économique est en berne. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Emmanuel Macron arrive jeudi 16 octobre en Guyane. La situation économique est difficile dans ce territoire grand comme le Portugal, qui a d’immenses retards en termes d’infrastructure, d’éducation, d’emploi, de santé. Il y a des endroits où il n’y a ni eau potable ni électricité.

Quelques chiffres : on est à 44% de taux de pauvreté, alors qu’ailleurs en France, c’est 14%. 30% de gens sont au RSA, le revenu de solidarité active, 25 % de la population active est au chômage, un jeune sur deux n’a pas d’emploi.

Le risque d'une nouvelle explosion sociale

Le gouvernement craint une crise sociale comme au printemps dernier. Pendant cinq semaines la Guyane avait été à l’arrêt, il y avait eu des grèves, des violences. François Hollande avait dû débloquer, en urgence, un milliard d’euros pour rétablir le calme.

Le risque d’explosion sociale reste très élevé parce que les problèmes n’ont pas disparu. Le question sécuritaire est toujours là. En Guyane il y a 17 homicides pour 100 000 habitants, c’est 10 fois plus que dans l'Hexagone.

Du coup, le gouvernement est très vigilant, par exemple lorsqu’il a fallu couper dans les contrats aidés, cet été : il n’a pas touché aux 2 500 contrats aidés de Guyane.

La Guyane est par ailleurs confrontée à un problème d’immigration. Ce territoire est pauvre, mais il l’est moins que ses voisins. Du coup, des gens viennent chercher du travail en Guyane, car c’est la France, l’Europe. Ils viennent du Surinam, d’Haïti, mais aussi du Brésil, car l’économie n’est plus aussi florissante. On estime aujourd’hui qu’il y a 50 000 personnes en situation irrégulière sur les 250 000 habitants.

Le poids écrasant du centre spatial de Kourou

L’économie de la Guyane est particulière. On pense bien sûr à Kourou, le centre spatial, la vitrine de la Guyane. C’est le symbole de l'excellence de la filière spatiale européenne. Le centre représente à lui seul 17% du PIB de la Guyane et 1 700 emplois, auxquels il faut ajouter 7 000 emplois indirects, des sous-traitants, des commerces, etc.

Mais Kourou commence à connaître une concurrence internationale. Et le centre spatial emploie souvent des métropolitains. Le gouvernement veut faire en sorte qu’il y ait une montée en compétences de la population pour que ce soit des locaux qui soient embauchés.

En fait, 90% du PIB de la Guyane dépend de la sphère publique. Mais, la Guyane a aussi des ressources propres, l’or, le bois, le pétrole au large. Emmanuel Macron devrait annoncer des mesures pour favoriser ces filières privées. En tout cas, il est très attendu, dans ce territoire où les gens sont exaspérés