Le décryptage éco. Elon Musk se lance dans l’internet haut débit en France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le milliardaire américain, plus connu en tant que fondateur des voitures électriques Tesla, vient de recevoir le feu vert des autorités françaises pour déployer son réseau via satellites : Starlink.

Bientôt finies les zones mal – ou pas du tout – couvertes par la 4G et le haut débit en France ? Les fameuses zones blanches ne seront-elles bientôt plus que de mauvais souvenirs ? Après la Grande-Bretagne, la France, via l’Arcep, l’autorité de régulation des télécoms, accorde à Starlink les fréquences de petits terminaux, de petites paraboles qui font partie du kit d’abonné, qui devrait être disponible à la fin de l’année.

Les fusées d'Elon Musk, lancées par son groupe Space X, ont à ce jour mis en orbite quelques 800 satellites. Musk est en train de mailler le ciel de la planète pour aller fournir ses services internet, 4G et 5G dans les coins où les opérateurs traditionnels ne déploient pas leurs propres technologies, car techniquement et surtout financièrement trop compliqué. Pour se connecter au réseau terrestre, Starlink a besoin de stations relais au sol, avec dômes et grandes antennes. Trois ont été autorisées en France : à Villenave d’Ornon (Gironde), Gravelines (Nord) et Saint-Senier-de-Beuvron (Manche), mais le maire de ce village de 350 habitants s’y oppose par principe de précaution.

Elon Musk tisse sa toile

L’américain jette une pierre dans un petit marché très concurrentiel. Orange est aujourd’hui le seul des quatre grands opérateurs téléphoniques français à proposer une telle offre avec sa filiale satellitaire Nordnet. L’américain Starlink pourrait s’avérer rapidement utile dans les zones rurales ou montagneuses qui n’ont pas accès à la fibre ou à du haut débit. Couvrir un maximum du territoire était un engagement d’Emmanuel Macron pendant la campagne électorale. Le sujet refait surface à un an de la prochaine élection présidentielle.

Starlink n’a pas encore dévoilé ses tarifs, mais les clients intéressés peuvent prendre place dans une file d’attente en s’inscrivant sur le site de l’américain et en payant le ticket d’entrée à 99 dollars, environ 80 euros. Et puis la concurrence arrivera un jour et cassera les prix. On attend notamment Amazon, dont le patron, Jeff Bezzos, a lui aussi un projet internet satellitaire.

Vous êtes à nouveau en ligne