Le décryptage éco. Électricité : le coût énergétique du coup de froid sur la France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Face au pic de froid, EDF et RTE anticipent une hausse de la consommation d'électricité mais écartent le risque de coupures massives. Le décryptage d'Emmanuel Cugny.

Avec la vague de froid qui va traverser le pays, EDF est sur le qui-vive mais rassure : il ne devrait pas y avoir de problèmes majeurs en termes d’approvisionnement d’électricité. L’objectif est d’éviter le "blackout", la panne générale d’électricité due à une trop grande consommation. Mais, malgré des températures de −6°C à −10°C (jusqu’à −20°C en ressenti), les techniciens d’EDF ne s’attendent pas à ce que le pic de consommation de l’hiver 2012 soit de nouveau atteint. Un hiver normal, la France consomme environ 90 000 MW. En 2012, on a poussé jusqu’à 102 000 MW. RTE, le réseau public de transport d'électricité, affirme que, pour l’instant, aucune coupure d’électricité n’est programmée. On reste dans le préventif, l’anticipation, donc pas de panique.

En cas de besoin, il y a toujours la possibilité d’importer de l’électricité. C’est l’ultime solution : importer de l’électricité de chez nos voisins, allemands ou espagnols, par exemple. Mais nos infrastructures ne permettent pas d’importer plus de 12 000 MW. Et plus on achète notre énergie à l’étranger, plus ça coûte cher à EDF qui n’a pas besoin de cela dans une période budgétaire déjà compliquée.

Délestages ciblés et baisse de tension

Si, toutefois, des mesures exceptionnelles devaient être prises, elles concerneraient en premier lieu les industriels, gros consommateurs d’énergie, et dans une moindre mesure les particuliers. La riposte au grand froid passe notamment par la possibilité d’interrompre l’alimentation d’une vingtaine de sites industriels. Des sites – chimiques, sidérurgiques, papetiers – qui ont une autonomie de fonctionnement bien étudiée et qui ont passé un accord avec EDF.

L’opérateur peut également baisser de 5% la tension sur les réseaux de distribution. Le cas ultime étant ce que l’on appelle les délestages ciblés, c’est à dire des coupures pendant un certain laps de temps dans certaines zones.

Éteindre les lampes et limiter... les pièces jointes

Quant aux particuliers, il est conseillé cette semaine d’éteindre toute lumière inutile (ce qui doit déjà être fait en temps normal), débrancher les appareils sous tension et limiter la taille des pièces jointes dans les mails. Cela est traité par des serveurs qui consomment beaucoup d’électricité. Enfin, éviter d'acheter du Bitcoin. La monnaie virtuelle est très énergivore.

EDF annonce un taux de disponibilité de plus 90%, ce qui est le taux normal à cette période de l’année. Quelques centrales nucléaires sont en maintenance sur les 58 réacteurs dont dispose la France, mais tout est en ordre de marche. Sur le fond, cet épisode remet d’actualité la question de notre politique énergétique. Les partisans du nucléaire ne manqueront pas de souligner son importance en cette période où l’éolien et le solaire ne peuvent servir de substitution.

Vous êtes à nouveau en ligne