Le décryptage éco. Economie : Non, Fillon et Macron n’ont pas le même programme

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La droite dit que le programme économique de François Fillon et d'Emmanuel Macron se ressemblent. Pas du tout, affirme Vincent Giret. 

Quelles différences y-a-t-il entre le programme économique d’Emmanuel Macron et celui de François Fillon ? Tout le week-end, la droite a martelé que le programme économique du candidat d’En Marche ! était le copier-coller de celui de François Hollande tandis que les partisans de Benoît Hamon ont affirmé eux que le programme Macron, c’était le même que celui du candidat de la droite et du centre. Il faut d’abord rappeler ce qu’est le socle du programme de François Fillon, c’est celui qui lui a fait gagner la primaire et qui n’a pas été amendé dans ses grandes lignes : en gros, François Fillon dit aux Français : "Moi, je vais appliquer le programme qu’on avait prévu en 2007 avec Nicolas Sarkozy et qu’on a vraiment pas tenu, à cause de la crise financière de 2008" et aussi, message subliminal, à cause parfois de la versatilité du président Sarkozy.

La promesse de Fillon, c’est d’aller cette fois jusqu’au bout. Fillon présente ainsi le programme le plus libéral et le plus radical qu’ait présenté la droite sous la Ve République, si l'on met de côté la parenthèse Balladur, au début des années 90. Les trois grandes pierres sur lesquelles repose ce programme choc, c’est d’abord :

1. 100 milliards d’économies de dépenses publiques.

2. La suppression de 500 000 fonctionnaires.

3. 50 milliards de baisses d’impôts, dont les trois quarts sont réservés aux entreprises.  La première caractéristique du programme de François Fillon, c’est donc une reconfiguration de l’Etat, pour le mettre plus ou moins dans la norme européenne. Le pari de ce programme, c’est que cet Etat assaini, allégé, reconfiguré, relancera l’économie et la croissance. C’est un pari clairement libéral et assumé comme tel.

La reconfiguration de l’Etat n'existe pas chez Emmanuel Macron

Reconfigurer l'Etat, ce n’est pas le projet d’Emmanuel Macron  Qui joue à la fois, en fait, sur le frein et sur l’accélérateur mais dans des domaines différents. Emmanuel Macron veut en fait se créer des marges pour réinvestir. Donc lui aussi réduire les dépenses publiques, mais de 60 milliards, c’est presque moitié moins que François Fillon, il veut aussi économiser 120 000 postes de fonctionnaires, là c’est quatre fois moins que Fillon. En gros, il s’agit de faire le nécessaire pour que l’Etat n’ait plus à emprunter pour financer ses dépenses courantes de fonctionnement. Mais dans le même temps, Emmanuel Macron veut profiter des taux d’intérêt qui sont encore pour l’instant très bas pour emprunter 50 milliards qui seront d’abord affectés à deux grands dossiers ; la formation professionnelle et notamment celle des chômeurs sur lesquels il met le paquet et la transition énergique sur laquelle il mise aussi très gros. À la fois, Macron fait des économies sur le train de vie de l’Etat et des collectivités, mais, dans le même temps, il veut emprunter pour financer de nouvelles priorités. Vous voyez donc que autant la philosophie, que l’économie globale de ces deux projets sont bien très différentes. Fillon mise tout sur la politique de l’offre tandis que Macron joue à la fois sur l’offre et sur la demande.

Les partisans de François Fillon affirment qu’Emmanuel Macron fait du François Hollande

Il faut regarder les programmes de près : oui on peut trouver des ressemblances, mais avec la seconde partie seulement du quinquennat de François Hollande. Emmanuel Macron croît lui aussi à la politique de l’offre, celle qu’il y avait dans le Cice de Hollande, mais dans une version beaucoup plus simplifiés et lisible : Macron veut continuer à baisser les charges des entreprises et il croit aussi aux vertus d’un dialogue social plus décentralisé au niveau des entreprises comme Hollande avait tenté de le faire passer bien maladroitement dans la loi El Khomri, mais Macron l’assortie d’une nouvelle répartition des rôles entre l’Etat et les partenaires sociaux dans toute la sphère sociale. En ce sens, là aussi, le programme d’Emmanuel Macron n’a pas grand chose à voir avec lui qu’avait présenté François Hollande en 2012.


Economie : Non, Fillon et Macron n’ont pas le... par franceinfo