Le décryptage éco. Démissionner et toucher le chômage sera possible, mais à quel prix ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A partir du 1er novembre, si vous démissionnez de votre emploi, vous pourrez prétendre à des droits au chômage. Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Opinion").

Vous pourrez prétendre à des droits au chômage à partir du 1er novembre, si vous démissionnez de votre emploi. On en sait un peu plus sur la façon dont la promesse d’Emmanuel Macron va se mettre en place. Mais ce ne sera pas forcément très simple. 

Ce nouveau droit promis par Emmanuel Macron pendant sa campagne va enfin voir le jour. Le ministère du Travail vient de prendre un arrêté sur le sujet. Attention, il a mis de nombreux garde-fous. Déjà, il faudra avoir travaillé cinq ans en continu pour espérer toucher une allocation chômage. Enusite, il faudra aussi montrer que vous démissionnez parce que vous poursuivez un projet professionnel.

En fait, ce nouveau droit au chômage s’adresse à deux catégories d’actifs : ceux qui veulent se reconvertir, changer de métier, de voie professionnelle et ceux qui ont l’ambition de créer leur entreprise ou bien d’en reprendre une. Pas question que ce soit "open bar", c’est à dire ouvert sans limite pour ceux, par exemple, qui en ont juste marre de leur job.

Un projet professionnel qui doit être validé

Un projet professionnel est nécessaire. Il faut préparer votre futur métier, en vous formant par exemple, ou bien évaluer la viabilité de l’entreprise que vous voulez créer, en réalisant une étude de marché. Pour cela, le gouvernement vous oblige à aller voir un opérateur, comme l'Association pour l'emploi des cadres (Apec). Cet accompagnement est gratuit, et il doit vous permettre de réaliser votre dossier Parce qu’attention, il y a un dernier obstacle et non des moindres : votre projet professionnel doit être validé par une commission régionale composée de représentants de salariés et d’employeurs. Et c’est seulement une fois que vous avez le feu vert de cette commission que vous pourrez vous inscrire à Pôle emploi et toucher l’allocation chômage. Autant dire un vrai parcours du combattant !  

Ce dossier peut prendre des semaines avant de se concrétiser. C’est fait exprès, le gouvernement estime que votre projet a plus de chances d’être viable si vous avez pris le temps de le construire. Surtout, il veut éviter les démissions sur un coup de tête qui coûteraient très cher à l’assurance chômage, Selon l’executif , 30 000 personnes sont susceptibles de se lancer dans ce nouveau dispositif. Ce nouveau droit à la démission devrait coûter autour 500 millions d’euros.                

Vous êtes à nouveau en ligne