Le décryptage éco. Covid-19 : avec l'étendue du couvre-feu, quels risques et conséquences pour l’économie ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L’extension du couvre-feu à 46 millions de Français signifie un nouveau coup dur pour l’économie. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Le ministre délégué aux Comptes publics, Olivier Dussopt, a donné une première estimation : l'élargissement du couvre-feu va coûter entre 1,3 et 1,5 milliard d'euros par mois aux caisses de l'État. Pour soutenir l’économie le gouvernement sort à nouveau le chéquier. Il étend les aides aux entreprises implantées dans les nouveaux départements soumis au couvre-feu. Ces aides, on les connaît : c’est le fonds de solidarité qui peut verser aux entrepreneurs jusqu'à 10 000 euros par mois en cas de perte de chiffre d’affaires de plus de 50% par rapport à l'année précédente. C’est l’exonération de charges ou encore les prêts garantis par l’État, etc...  

Les secteurs les plus touchés sont la restauration, le tourisme, la culture…   

Même s’ils ont essayé de s’adapter tant bien que mal dans les zones déjà concernées par le couvre-feu, ce n’est pas sans casse. Les théâtres et les cinémas ont mis en place des séances en fin de journée, les restaurateurs ont proposé des services plus tôt mais les pertes sont si importantes que plusieurs ont déclaré forfait. Selon la Chambre de commerce et d'industrie d'Île-de-France, près de la moitié des restaurateurs, essentiellement des établissements parisiens, ont finalement supprimé leur service du soir, car c’était beaucoup trop coûteux. Certains établissements essaient de compenser avec la vente à emporter mais ça ne suffit pas. Résultat : sept restaurateurs sur 10 déclarent une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50 %. Et un sur cinq a même constaté une perte d’au moins 90 %. 

La durée de cette crise reste inconnue

Les chefs d’entreprise – comme les citoyens d’ailleurs – n’en voient pas le bout, il y a du désarroi et du découragement. Jeudi 22 octobre, l’Insee a publié une étude qui montre que le moral des patrons repart à la baisse. Ils voient leurs perspectives d'activité s'assombrir par rapport au mois dernier et tous les secteurs d'activité semblent recommencer à broyer du noir.

Avec cette crainte que l’on rebascule dans des mesures plus dures. Il y a quelques semaines, Bruno Le maire, le ministre de l’Économie, expliquait qu’un nouveau confinement coûterait jusqu’à 20 fois plus qu’un couvre-feu, soit au moins 20 milliards d’euros par mois.

Vous êtes à nouveau en ligne