Le décryptage éco. Canicule et électricité ne font pas toujours bon ménage

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La canicule a des effets sur la production d’électricité. les opérateurs comme EDF et RTE sont vigilants… Y a-t-il un risque de coupure d'électricité ? Le décryptage de Fanny Guinochet (L'Opinion).

Quand il fait très chaud, on consomme plus ! On a recours aux climatiseurs, aux ventilateurs, au froid artificiel, qui sont autant de gouffres à énergie et qui font grimper la consommation d'électricité en flèche. C’est un cercle vicieux : en rafraîchissant l’air intérieur, les climatiseurs font grimper d’un degré l’air extérieur. Et lorsque le mercure dépasse 25°C, chaque degré supplémentaire augmente de 560 mégawatts la consommation électrique, ce qui correspond à la moitié de la puissance d’un réacteur nucléaire. Un demande en électricité à laquelle il faut pouvoir répondre.

La consommation d'électricité en hausse avec la chaleur

Faut-il s’inquiéter ? Le pic de consommation électrique de l’été pourrait être atteint jeudi, parce que cette canicule a lieu alors que l’activité économique est encore soutenue, contrairement à juillet-août. Mais même si la demande augmente, la production d’électricité est maîtrisée et devrait suivre sans difficulté, disent à la fois l’électricien français EDF et RTE, qui gère le réseau à haute tension. L’épisode caniculaire de cette semaine ne devrait pas avoir d’impact sur les installations. 

L’été dernier, la vague de chaleur avait amené EDF à ralentir et même arrêter certains réacteurs nucléaires, afin de préserver l’environnement et les ressources en eau. Une eau puisée dans les rivières et les étangs pour refroidir leurs réacteurs. Mais lorsque la température de ces cours est trop élevée, EDF doit réduire son utilisation d’eau pour ne pas réchauffer davantage les fleuves, et ainsi protéger la flore et la faune aquatiques. Les centrales nucléaires doivent donc réduire leur production malgré la demande.

Heureusement cette semaine, nous ne sommes pas dans le même cas de figure explique EDF, le mois de mai a été relativement frais. Les bassins alpins ne fondent que maintenant et les débits d’eau restent très élevés, ce qui limite le réchauffement des températures.

Un approvisionnement garanti selon RTE

Il ne devrait pas y avoir de coupures d’électricité cette semaine. Il y aurait même de la marge. Début juin, RTE tablait sur une disponibilité des moyens de production autour de 75 000 mégawatts, alors qu’en cas de canicule, la consommation est estimée autour de 60 000 mégawatts, bien loin des pics de consommation hivernale, qui peuvent grimper autour de 100 000 mégawatts. 

La France devrait disposer de suffisamment d’électricité cet été, grâce à une bonne disponibilité du nucléaire qui en fournit la grande majorité (45 000 mégawatts), mais aussi grâce aux énergies renouvelables. Selon RTE, l’hexagone devrait même pouvoir exporter de l’électricité pendant cette période.

Vous êtes à nouveau en ligne