Le décryptage éco. Caisses automatiques : Casino revient à la charge

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C’est une grande première en France, Casino va ouvrir 118 de ses magasins mercredi, jour de Noël, mais aussi le 1er janvier, en mode automatique. Pas de caissières donc, mais des vigiles pour surveiller que tout se passe bien.

Casino ouvre 118 de ses magasins mercredi 25 décembre jour de Noel et le 1er janvier, en mode automatique. L'entreprise passe la vitesse supérieure puisque l’an dernier à la même période, un seul de ses établissements – c’était à Lyon – fonctionnait uniquement grâce à ses caisses en libre service.

Vous connaissez le principe, c’est maintenant très répandu : les clients scannent eux-mêmes ce qu’ils achètent et paient grâce à un automate, les vigiles sont juste là pour vérifier que personne ne part sans payer. Mais les ouvertures, sans aucun autre personnel, à Noël et au jour de l’an, ça c’est nouveau.

Casino n’en n’est pas à son premier essai

Casino avait déjà déclenché la polémique en août dernier en ouvrant l’un de ses hypermarchés d’Angers sans caissières, le dimanche après-midi entre 13 heures et 21 heures. Avec seulement des vigiles là aussi, et des hôtesses d’orientation pour aider les clients en cas de difficultés avec les machines. Mais assez vite, l’inspection du travail s’en est mêlée. Elle a estimé que ces hôtesses, employées par un prestataire externe, avaient un rôle beaucoup trop proche de celui des vraies caissières, et que les faire travailler le dimanche après-midi était hors la loi.

Qu’à cela ne tienne, l’hypermarché d’Angers a continué d’ouvrir mais sans hôtesses, uniquement avec des vigiles, qui eux ne sont pas soumis aux mêmes règles que les salariés de la distribution. Cette fois, Casino ne veut prendre aucun risque dans ses 118 enseignes ouvertes aujourd’hui et le 1er janvier : pas de personnel de sociétés extérieures, mis à part les vigiles.

Une justification économique pour expliquer ses ouvertures

Le distributeur dit, comme toujours, répondre à une demande de sa clientèle pour des horaires d’ouverture étendus, et que cette dernière initiative n’est que le prolongement de se qui se fait déjà les dimanches après-midi. Le groupe met aussi en avant la concurrence des sites d’e-commerce, accessibles 24h/24, et qui changent les habitudes de consommation.

Mais les syndicats, on s’en doute, ne l’entendent pas de cette oreille. Ils dénoncent la nouvelle ligne rouge franchie par Casino. Pour Force ouvrière, la prochaine étape risque d’être l’ouverture de nuit ou même toute la semaine en mode automatique. FO rappelle d’ailleurs que Casino est déjà présent sur internet avec CDiscount et le partenariat entre sa filiale Monoprix et Amazon.

Une obligation de survie pour Casino 

Dans le cas de Casino, expérimenter de nouvelles formes d’ouvertures pour optimiser l’exploitation de ses magasins est une question de survie. Comme ses concurrents Carrefour et Auchan, il ne cesse de perdre des parts de marché en France. L’heure est donc à la rationalisation des coûts pour redresser la rentabilité, d’autant que le distributeur est très endetté. Bref, pour Casino, comme pour les autres, il faut sauver le soldat hyper !

Vous êtes à nouveau en ligne